Pilote de brousse

Pilote de brousse
Le métier de pilote de brousse, en quoi ça consiste ?

Un pilote de brousse est un pilote effectuant des opérations aériennes dans des régions isolées du monde et sachant voler naturellement, c’est-à-dire dont les compétences ne s’arrêtent pas à l’accompagnement de systèmes de vol perfectionnés. Les pilotes de brousse sont des spécialistes des terrains accidentés, devant souvent faire face à des terrains d’atterrissage non aménagés pour l’occasion.

Aujourd’hui, les pilotes de brousse peuvent être appelés pour des missions d’exploration, de développement, de sauvetage, de transport ou de livraison.

Celui-ci doit parfois faire voler sa machine à la marge des manuels : grignoter sur les vitesses d’approche théoriques pour ne pas finir dans les arbres d’une piste trop courte pour l’atterrissage, arracher son avion en surcharge depuis une surface non propice à l’accélération du décollage, naviguer sans l’aide rassurante d’un contrôleur à l’aide de moyens de navigation parfois obsolètes, avec des données météo sommaires. Contrairement à un pilote de ligne qui sait exactement d’où il part et où il arrive, un pilote de brousse part à l’aventure tous les jours. Son instinct, son inspiration et sa dextérité forment la clé de la réussite de la mission.

Les conditions requises pour devenir pilote de brousse

Un pilote de brousse doit savoir gérer tout type d’imprévus tels qu’un problème sur l’avion, une panne, un pneu qui éclate à l’atterrissage parce qu’on a touché une pierre sur une mauvaise piste, une météo capricieuse, etc. Les pilotes passionnés par ce type de vol ont besoin d’une formation rigoureuse, de connaissances en mécanique et doivent développer un esprit d’aventure.

© Zeppelin

Pour exercer ce métier, il faut être prêt à passer de longues journées au travail, souvent seul et dans des conditions météorologiques difficiles. L'aviation de brousse s'effectue en toutes conditions climatiques. Son but étant de ravitailler des postes isolés, les pilotes doivent souvent affronter une météo défavorable, ou même hostile, comme un plafond nuageux très bas, des visibilités réduites, des précipitations givrantes et un relief escarpé car ils se déplacent à relativement basse altitude. De plus, ces avions atterrissent ou amerrissent sans pistes balisées ou munies d'instruments de guidage. La pression de la part des compagnies employant les pilotes, ainsi celle des usagers, font qu'ils prennent souvent des risques que d'autres pilotes ne prendraient pas. Avant de partir, ils doivent donc très bien connaître la situation météorologique, les effets locaux et les points de repère géographiques.

Le pilote doit, avant chaque décollage, vérifier l'état de l'appareil, étudier le plan de vol, faire le plein de carburant et s'occuper du chargement des bagages. Lors de ses manœuvres de pilotage ou lors d'opérations d'urgence, il doit faire preuve de vigilance dans l'exécution de ses tâches afin d'assurer la sécurité des personnes et des biens qui se trouvent à bord de l'appareil.

Le métier de pilote de brousse regorge aussi de nombreuses qualités telles que l’exploration de contrées reculées, la possibilité de voler au plus près de la gloire de la nature, apporter du bonheur aux gens lors de différentes missions. L'aviation de brousse est la principale et parfois la seule possibilité d’accéder à des régions sauvages du monde.

Comment devenir pilote de brousse ?

Tout pilote qui sort d’une formation classique peut devenir pilote de brousse. Cela reste une possibilité pour démarrer sa carrière ou encore en faire son métier à long terme. Une formation avancée de pilote de brousse peut durer jusqu'à cinq jours, comprenant cinq à sept heures de cours théoriques et cinq à sept heures de vol couvrant le vol en montagne, les atterrissages en rivière et les lacs en haute altitude.

© Aviation Sans Frontières

Par exemple, Aviation Sans Frontières (ASF) – une ONG utilisant sa propre flotte pour venir en aide aux plus démunis – recrute et forme des pilotes qui seront ensuite engagés en tant que pilote de brousse sur des missions humanitaires. Pour vous donner une idée, les conditions à remplir pour devenir pilote de brousse dans cette organisation sont d’avoir au minimum 550 heures de vol, détenir le CPL (Licence de pilote professionnel), la qualification MCC (Formation au travail en équipage), la qualification IFR (de vol aux instruments), le niveau OACI 4 en anglais et la visite médicale de classe 1. À cela, il peut être demandé une qualification type propre à l’appareil que vous utiliserez, ainsi qu'une expérience de vol dans la zone où vous travaillerez.

Le salaire d’un pilote de brousse

Le salaire d'un pilote de brousse débutant se situe aux alentours de 2 500 € brut par mois, tandis que les pilotes plus expérimentés volant sur de plus gros appareils peuvent gagner entre 6 000 et 8 000 € brut par mois, voire plus.