Les opérations de dégivrage, un processus indispensable

Les opérations de dégivrage, un processus indispensable

Si l'hiver, le givre ou la neige entraînent quelques désagréments pour tout le monde, il y a un domaine où le froid hivernal peut avoir de graves conséquences : l'aéronautique.

En effet, la neige et la glace qui s'accumulent sur les avions peuvent causer de sérieux problèmes. Non seulement cette quantité d'eau augmente inutilement la masse des appareils, mais surtout sa présence sur les ailes perturbe fortement la circulation de l'air et peut aller jusqu'à empêcher l'avion de décoller en diminuant sa portance.

Pour éviter cela, des opérations de dégivrage (ou deicing en anglais) sont menées avant les décollages, parfois l'application de liquide anti-givrant a également lieu afin d'éviter le retour de glace sur les appareils.

Les liquides utilisés pour ces opérations sont des mélanges d'eau et de glycol chauffés et pulvérisés sur les avions grâce à des véhicules spéciaux. Les mélanges sont adaptés selon les conditions météos ; le glycol empêchant l'eau appliquée de geler une fois refroidie.

Ces opérations de dégivrage sont effectuées au dernier moment avant que l'avion ne décolle, une fois tous les passagers embarqués et les soutes remplies. En effet, le liquide dégivrant n'a qu'un temps d'action limité avant que la glace ne risque de se former de nouveau et nécessiter à nouveau l'application de liquide.

Pour éviter ça, et afin de disposer d'un peu plus de temps entre l'opération de dégivrage et le décollage de l'avion, de l'anti-givrant peut être appliqué en fine couche sur l'appareil. Ce liquide anti-givrant est composé d'eau et de glycol concentré auquel on ajoute un épaississant afin d'aider le composé à adhérer à l'appareil. La FAA recommande que le liquide anti-givrant soit appliqué moins de 3 minutes après l'opération de dégivrage.

Si l'avion n'est recouvert que d'une fine couche de givre, les opérations de dégivrage et d'anti-givrage peuvent être menées en même temps en appliquant directement le liquide anti-givrant qui agit alors comme un dégivreur pour faire fondre le givre et comme un anti-givrant qui protégera l'avion contre tout nouveau givrage.

Selon la FAA, les parties d'un avions pouvant nécessiter un dégivrage et un anti-givrage sont les ailes, les surfaces de queue verticales et horizontales, le fuselage, les entrées de moteurs et les aubes des réacteur, les trains d’atterrissage et leur trappes, les antennes et capteurs ainsi que les hélices pour les appareils à turbopropulseurs où à hélices.

Les équipes au sol et les équipages des avions doivent travailler ensemble pour déterminer les surfaces qui doivent être dégivrées et la meilleure procédure à utiliser en fonction de la température et des conditions météo. Les opérations peuvent être menées directement en porte d'embarquement ou bien sur des zones dédiées ailleurs sur l'aéroport.

La FAA recommande que deux à quatre véhicules de dégivrages soient utilisés pour les avions commerciaux. La procédures de dégivrages commence à l'avant du fuselage et se poursuit jusqu'aux ailes puis jusqu'à l’arrière du fuselage, à la dérive puis aux stabilisateurs.