Les freins carbone, une révolution

Les freins carbone, une révolution

Arrêter une masse de plusieurs dizaines de tonnes lancée à plusieurs centaines de km/h n'est pas une mince affaire. La réponse apporté à cette problématique par Messier-Bugatti (à présent faisant partie du groupe Safran sous le nom de Safran Landing Systems) a révolutionné le monde de l'aéronautique.

En effet, avant 1986, les avions de ligne étaient majoritairement équipés de freins en acier. Mais à partir de 1986, Messier-Buggati a mis en service sur l'Airbus A310 les freins à carbones.

Ces derniers offrent des avantages non-négligeables par rapport aux systèmes de freins de génération précédente. En effet, le carbone offre de meilleures performances à chaud comme à froid et peut supporter des températures allant jusqu'à plusieurs milliers de degrés. Ses performances sont telles qu'elle permettent une économie de matière par rapport aux autres matériaux. Cela permet aussi un gain de masse pouvant aller jusqu'à plusieurs centaines de kilogrammes par avion. Le carbone est également plus endurant et résiste mieux sur la durée ; un frein en carbone dure en moyenne trois fois plus longtemps qu'un frein en acier.

Les freins sont situés entre les roues de chaque trains d’atterrissage principaux, les trains situés au niveau du nez de l'avion n'étant pas équipés de freins.

Les disques de freins sont empilés les uns sur les autres et placés au centre des roues, la moitié est solidaire de la jante de la roue et tourne avec elle et l'autre moitié est fixée à la jambe du train d’atterrissage et donc reste fixe, les disques sont montés ainsi en alternance. Lors du freinage, les disques sont compressés les uns contre les autres par des pistons montés à une extrémité de la pile de disques de frein qui agissent en premier sur un disque solidaire du train d’atterrissage, qui vient alors compresser les autres disques du système de frein. Seule la moitié des pistons est utilisée en temps normal, les autres pistons étant réservés au cas où la première moitié serait victime d'une panne.

L'actionnement des pistons se fait hydrauliquement sur la majorité des appareils. Cependant, Safran a mis au point un système de frein dont les pistons sont remplacés par des actionneurs éléctromécaniques, ce qui permet un gain de masse et une maintenance moins lourde.