Fin de vie d'un avion : recyclage ou seconde vie ?

Fin de vie d'un avion : recyclage ou seconde vie ?
Cimetière aérien de Victorville (VCV/KVCV) en Californie, par Andrew Hunt
Cimetière aérien de Victorville (VCV/KVCV) en Californie, par Andrew Hunt

Vous avez sûrement remarqué que certains des avions que vous avez emprunté au cours de vos voyages et de vos vols à travers le monde ne sont pas flambants neufs. Mais vous êtes-vous déjà posé cette question : que font les compagnies aériennes des avions dont elles n’ont plus l’utilité ? C’est ce à quoi je répondrai dans cet article en abordant premièrement les raisons qui peuvent entraîner le retrait d’un avion d’une flotte. Ensuite, j’aborderai les différentes manières de transformer ou de recycler un avion.


Avant toute chose, il faut savoir que les compagnies aériennes ne sont pas toujours propriétaires de leurs avions : elles peuvent les louer à des entreprises spécialisés, on appelle cela le leasing.

La principale cause de départ d’avions de compagnies aériennes est l’âge. On dit alors que l’avion arrive à bout de potentiel. Mais il existe d’autres cas plus rares. Il arrive parfois qu’une compagnie ne ressente simplement plus l’utilité d’un avion en question ou alors qu’un avion ne soit pas assez rentable, on peut notamment prendre comme exemple les A380 qui sont démantelés ou rendus aux loueurs alors qu’ils sont encore en parfait état de vol (voir Air France retire son premier A380). Mais ce n’est pas tout, en effet certains avions accidentés sont irréparables ; ils sortent donc des compagnies après les enquêtes visant à déterminer les causes de l’accident.


Photo par Jérôme Mervelet, issue de Airliners.net
Photo par Jérôme Mervelet, issue de Airliners.net

Dans le cas où l’avion est trop vieux, il est envoyé au recyclage, recyclage qui se divise en 4 grandes étapes.

Il faut savoir qu’au cours de la vie d’un avion, des pièces sont changées, donc quand l’avion arrive pour être démantelé, il se peut que des éléments soient encore en bon état. On peut alors récupérer les moteurs, les instruments de vol, certaines pièces du circuit hydraulique ainsi que le train d’atterrissage qui seront revendus d’occasion aux compagnies aériennes après avoir été révisés.

Vient ensuite l’étape de la dépollution au cours de laquelle tous les éléments sensibles sont retirés de l’avion. On enlève par exemple les détonateurs qui permettent l’ouverture des sorties de secours ainsi que la descente des masques à oxygène en cas de dépressurisation. On retire également les fluides hydrauliques, le kérosène restant dans le fond des réservoirs ainsi que les gaz sous pression.

Il est maintenant temps de découper l’avion. Après avoir identifié les métaux, l’avion est découpé en petits morceaux grâce à des cisailles hydrauliques. Pour une cellule de 747 de 100 tonnes, on peut récupérer jusqu’à 55 tonnes d’aluminium.

Finalement, les pièces sont broyées puis fondues. Les métaux ne pourront pas être réutilisés dans le secteur aéronautique mais ils pourront servir à la fabrication de vélos par exemple.


Photo par Ben Guiron, issue de Airliners.net
Photo par Ben Guiron, issue de Airliners.net

Si l’avion est encore en bon état de vol mais qu’il n‘est plus viable ou plus rentable pour un service commercial, il peut être converti en avion cargo. On appelle cette pratique le P2F, pour "Passenger to Freighter". Cette modification peut être opérée sur presque tous les types d’avions et il est très courant de voir des MD-11F ou des DC-10F opérés par des compagnies comme UPS ou FedEx qui sont d’anciens avions de passagers reconvertis.


Photo par Serguey R., issue de Airliners.net
Photo par Serguey R., issue de Airliners.net

Bien que ce soit rare, des accidents aériens surviennent. Parfois l’avion conserve son intégrité mais n’est pas réparable. Dans la majorité des cas, l’avion est recyclé, comme l’A321 d’Ural Airlines qui a été démantelé sur les lieux même du crash. Il existe cependant une exception : l’A320 d’US Airways qui avait été impliqué dans l’amérissage sur l’Hudson est désormais exposé au Carolinas Aviation Museum à Charlotte, la ville dans laquelle il devait se rendre.


Vous savez désormais comment font les industriels font pour maximiser la rentabilité d’un avion de sa sortie de la chaîne de production jusqu’au broyeur en passant par la reconversion en avion cargo.