D'étranges nuages à l'intérieur des réacteurs...

D'étranges nuages à l'intérieur des réacteurs...

Avez vous déjà observé le décollage ou l’atterrissage d'un avion par temps humide ?

Si oui, vous avez certainement déjà observé des phénomènes étranges à l'avant des moteurs, sur les ailes et à leurs extrémités. Mais de quoi parle-t-on ?

Premier phénomène pouvant être observé : une sorte de brume à l'entrée des moteurs. Cette brume est en réalité un mini nuage créé par un phénomène physique relativement simple. Tout d'abord, il faut savoir que l'air chaud peut contenir plus d'eau en suspension (ou humidité) que l'air froid. Ainsi, si à 15 degrés l'humidité est de 100% (c'est à dire que l'air contient le maximum d'eau possible à cette température), il suffira de baisser la température de quelques degrés pour que l'air ne puisse plus contenir autant d'eau, l'eau en trop se condensera donc. C'est exactement ce qu'il se passe à l'entrée des réacteurs. Un réacteur peut aspirer plusieurs milliers de mètres cubes par seconde lors du décollage, cette forte aspiration crée une baisse de pression et une forte accélération de l'air à l'avant du réacteur. Et qui dit baisse de pression et augmentation de vitesse de l'air, dit baisse de température. Ainsi, si l'air ambiant était à 100% d'humidité, alors l'air aspiré se rafraîchissant ne peut plus contenir autant d'eau. Le surplus se condense donc et forme ce « mini-nuage » à l'entrée des réacteurs.

Pour les autres phénomènes pouvant être observés par temps humide, je vous donne rendez vous pour un prochain article...