Nos héros de l'été

Nos héros de l'été

En réalité le titre est un peu mensonger, les Hommes dont je veux vous parler aujourd’hui nous protègent toute l’année. Mais, en cette période estivale, nos pilotes de bombardiers d’eau sont extrêmement sollicités pour combattre les différents incendies.

Pour comprendre l’histoire de cette pratique, il faut remonter jusque dans les années 1920 au Canada lorsque des avions étaient utilisés pour surveiller et prévenir les risques naturels. Ainsi, dans des périodes plutôt sensibles, des avions pouvaient survoler des zones de forêts menacées par les hautes températures ou encore des lacs qui risquaient de déborder.

Nous le savons tous, la guerre frappe le monde entre 1939 et 1945 et celle-ci, bien qu’elle soit synonyme de nombreuses atrocités, a permis de mettre en marche des progrès techniques considérables. De fait, les nouveaux bombardiers américains qui avaient été conçus pour emporter jusqu’à six tonnes de bombes pouvaient donc, tout aussi logiquement, transporter de l’eau une fois convertis et adaptés.

Sans que cela ne soit réellement surprenant, ce sont les canadiens qui développent les premiers avions bombardiers d’eau. Le système est le même que ce que nous connaissons actuellement sur nos avions de lutte contre les incendies. L’appareil trouve un point d’eau assez large, pour ne pas risquer d’heurter quoique ce soit autour, il se positionne donc à fleur d’eau et des trappes anti-retour permettent le remplissage de celui-ci. Il va voler à proximité de la zone concernée par l’incendie et larguer sa cargaison afin d’éteindre l’incendie. Une autre variante a été imaginée puisqu’il s’agit de larguer du retardant afin que le feu se propage moins rapidement.

Catalina, par John et issue de Wikipédia

Le Catalina, vétéran de la Seconde Guerre Mondiale, semble le candidat idéal pour ce poste et cela se confirme rapidement. De fait, ses capacités amphibies ont été perfectionnées et il dispose d’une grande autonomie qui lui permet des arrêts plus courts.

Si nous prenons un point de vue quelque peu chauvin, nous nous retrouvons en France où les zones méridionales sont systématiquement touchées par de violents incendies qui ravages forêts et garrigues. Il faut attendre 1963 pour que le premier Catalina arrive à l’hydrobase de Marignane dans les Bouches-du-Rhône. Dans la foulée, le 24 juin 1963, c’est la création par le Ministère de l’Intérieur de la Protection Civile.

Pour démocratiser ce type de tâches, la firme canadienne Canadair, devenue par la suite Bombardier Aéronautique, décide de créer un avion destiné exclusivement à ce type de transport. La mise en service du CL-415 a lieu en novembre 1994. Il est capable d’emporter 6 127 litres d’eau à chaque fois qu’il écope. Il faut aussi souligner que c’est un avion qui dispose de 2 443 km d’autonomie et qui ne peut voler qu’à 333km/h à une altitude de 4 500 m (14 000ft). Vendu à 90 exemplaires, il opère aujourd’hui principalement dans le sud de la France, en Corse ou encore en Italie.

Naturellement, le métier de pilote bombardier d’eau requiert de nombreuses compétences puisqu’il s’agit-là de s’approcher au plus près de l’eau puis des flammes de manière successive. C’est grâce à l’engagement des hommes de le sécurité civile que la surface de terres françaises ravagées par les incendies a été divisée par trois en moins de 20 ans. Ainsi, nous sommes passés de 60 000 hectares ravagés à 20 000, ce qui est une preuve indéniable de la nécessité du travail de nos pilotes de bombardiers d’eau et évidemment des équipes qui les entourent.

C’est ainsi que nous allons clore cet article qui nous a permis d’en apprendre un petit peu plus sur l’utilisation d’avions pour lutter contre les incendies dans les régions les plus sensibles, notamment en France. En ce 29 juillet 2020, alors que l’été bat son plein, nous ne pouvons que remercier ces Hommes qui sont au cœur de l’action toute l’année pour notre protection.