L'histoire de l'aéroport le plus fréquenté au monde

L'histoire de l'aéroport le plus fréquenté au monde

Dans cet article, nous allons nous rendre aux États-Unis pour une petite immersion au sein du plus grand aéroport du monde : l’aéroport international Hartsfield-Jackson d’Atlanta (ATL/KATL) qui se trouve dans l’État de Géorgie.

Avant de parler de son histoire, parlons déjà de son nom. Messieurs Hartsfield et Jackson sont deux maires de la ville d’Atlanta qui ont largement contribué à la modernisation et au développement de ce qui est depuis devenu l’aéroport le plus fréquenté au monde.

L’histoire de cet aéroport débute de façon assez atypique. Nous sommes en 1925 lorsqu’un contrat de location d’un terrain de 116 hectares est signé par le maire de la ville pour mettre y disposer un aéroport. L’endroit en question est un ancien circuit automobile abandonné qui prendra pour nom « Candler Field ».

L’année qui suit, les vols commencent. Naturellement, les vols sont peu nombreux durant les deux premières années d’exploitation ; les voies aériennes sont encore majoritairement empruntées par des avions de transport de courrier et de marchandises. En 1930, c’est la compagnie américaine que nous connaissons encore, Delta Air Lines, qui décide d’y installer ce qui deviendra plus tard son hub principal.

Rapidement, l’aéroport fonctionne à plein régime, les vols se multiplient et les passagers sont toujours plus nombreux. Il occupe, à la fin des années 30, la troisième place des aéroports les plus fréquentés derrière New York et Chicago.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le trafic civil de l’aéroport d’Atlanta est presque réduit à néant parce que l’armée américaine, en 1940, soit deux ans avant de s’engager dans le conflit, l’a déclaré comme aéroport militaire. Ainsi, pendant toute la durée de la guerre, il a vu transiter des centaines de milliers d’armes, des véhicules et bien sûr les aéronefs de l’US Army. D’ailleurs, pour la petite anecdote, la ville d’Atlanta va profiter du surplus militaire laissé là à la fin de la guerre pour construire un terminal qui aurait pour fonction d’accueillir plus de passagers une fois le conflit terminé.

L’âge d’or de l’aviation civile se ressent aussi dans les aéroports et celui d’Atlanta n’est absolument pas épargné par le phénomène. En 1957, il accueille déjà deux millions de passagers par an alors qu’en comparaison Londres Heathrow (LHR/EGLL) en accueillait, la même année, moitié moins. Les années qui suivirent ne firent que conforter les prédictions des économistes américains ; Atlanta est en passe de devenir l’aéroport le plus fréquenté au monde.

Assez logiquement, de nombreux travaux sont effectués pour aménager au mieux l’aéroport. Au total, ce sont cinq pistes qui sont construites, deux doublés parallèles – 8/26 et 9/27 – auxquels on a ajouté une 10/28. De plus, le terminal est entièrement repensé et remanié de nombreuses fois pour accueillir toujours plus de passagers. Les deux mots d’ordre sont confort et pratique ; les voyageurs doivent se sentir à l’aise dans l’aéroport tout en pouvant facilement s’aiguiller. Il faut quand même signaler que ce sont 192 portes d’embarquement et de débarquement qui régissent les opérations ; c’est plus que dans n’importe quel aéroport au monde.

À ce jour, l’aéroport emploie plus de 55 000 personnes pour fonctionner et accueille, si nous ne comptons pas cette année un peu particulière, près de 100 millions de passagers par an. Ce qui en fait, à ce titre, le plus grand employeur de Géorgie et de fait, l’aéroport accueillant le plus de voyageurs annuellement.