D'aile d'oiseau à aile d'avion : histoire d'inspirations

D'aile d'oiseau à aile d'avion : histoire d'inspirations

Nous l’avons dit dans notre article sur les moteurs (voir De l'oiseau à l'avion : il n'y a qu'un moteur), il manquait juste cela à l’oiseau pour qu’il devienne un avion. Pour les ailes en l’occurrence, il les avait déjà et elles ont été une grande source d'inspiration pour les hommes qui rêvaient de voler. Rappelons-nous des mythes que nous étudions durant notre jeunesse : Icare s’était brûlé les ailes à vouloir trop s’approcher du soleil. Nous pourrions aussi penser à Léonard de Vinci qui, au XVIème siècle, a fourni des plans très poussés d'hommes volants. Toutefois, concrétiser ces projets qui animent l'Humanité depuis longtemps a pris des siècles puisque la recherche et le développement pour optimiser ces expériences de vols furent longues et sont aujourd'hui encore en amélioration continuelle.

Ainsi, nous aimerions nous concentrer sur les ailes d’avions. En effet, celles-ci ne sont pas toutes identiques et plusieurs modèles ont été testés. Sans prétendre dresser une liste exhaustive, nous allons revenir sur quelques modèles qui, d'après nous, valent le coup d’œil. Toutefois, il paraît pertinent de faire une petite parenthèse technique. En effet, la surface de la voilure d’une aile dépend de la masse et de la vitesse prévue pour l’appareil. De plus, elles doivent pouvoir résister à des contraintes extrêmement élevées et ce durant toutes les étapes du vol. Ces données, une fois prises en considération, rendent l'exercice sensiblement plus compliqué, mais les pionniers n'avaient pas dit leur dernier mot et leurs successeurs non plus d'ailleurs.

Caproni Ca.60 - photographe inconnu, issue de Wikipédia

Prenant toujours exemple sur les oiseaux, les formes en témoignent d’ailleurs, les premiers constructeurs cherchent à comprendre comment les appareils pourraient voler. On essaie donc d’adapter l’aile autour de l’appareil. Vous allez rapidement comprendre pourquoi cette notion est capitale. Les premiers moteurs d’avions sont extrêmement lourds, bien plus que ce que l’on pourrait trouver aujourd'hui. De ce fait, on conçoit des ailes ayant plusieurs voilures superposées, allant du biplan, avec deux voilures superposées au multiplan. Par exemple, l’italien Caproni fabrique un hydravion ayant trois groupes de triplans. Autant vous dire la vérité tout de suite : il s’est écrasé durant son deuxième vol d’essai et ne verra donc jamais le jour.

Avion III - par Clément Ader, issue de Wikipédia

D'autres constructeurs ont tenté de mettre au point des ailes aux formes plutôt éloquentes par rapport à ce que nous voyons quotidiennement. Nous pouvons citer Clément Ader avec son avion III qui a créé un prototype d’aile presque comme celles d’une chauve-souris ; l’expérience n’a pas été concluante.

Pour citer un appareil qui, lui, a fonctionné, nous pouvons parler du triplan proposé par le néerlandais Anthony Fokker, le Fokker Dr. I qui a été l’appareil utilisé par le baron rouge pendant la première guerre mondiale. En effet, les trois voilures ne servaient pas à supporter la masse des moteurs mais permettaient d’augmenter la maniabilité, ce dont avait besoin Manfred von Richthofen pour devenir l’un des As de l’aviation de guerre.

Appareil du baron rouge au sol pendant le premier conflit mondial - issue des archives de la fondation Anthony Fokker

Mais en termes d'ailes assez étonnantes, nous trouvons le Northrop B-2 Spirit qui fait partie de la catégorie des ailes volantes. Construction emblématique de la guerre froide, il intervient pour la première fois pendant la guerre du Kosovo en 1999. Ses lignes énigmatiques font de lui un appareil furtif idéal pour les bombardements.

Nothrop B-2 Spirit prise le 30 mai 2006 - issue des archives de l'US Air Force

Dans une autre catégorie, nous pouvons trouver le Douglas AD Skyraider dont les ailes sont repliables. Conçu en 1945, il a volé jusqu'en 1972 dans les différentes armées du globe. Les ailes repliables servaient en effet à en garer plus sur un porte avion ou plus largement à être stockés dans des endroits restreints. À travers ces différents exemples, nous avons tenu à vous montrer comment les constructeurs d'appareils pouvaient être inventifs lorsqu'il s'agissait de développer des ailes sortant un peu de l'ordinaire.

Ailes d'un Skyraider repliées - par Alan Wilson, issue de Wikipédia

Toutefois, et nous l’avons évoqué dans le début de cet article, nous ne pouvions pas parler de tous les modèles d’ailes qui ont été, ou qui sont encore, proposés par les différents constructeurs sur la surface du globe. Celles-ci sont bien trop nombreuses. C'est pour cela que nous avons choisi de mettre en lumière les ailes d'appareils un peu atypique. Ceci explique donc cela : si vous vous demandiez pourquoi aucun constructeur ne proposait d'aile un peu originale sur le marché actuel, vous allez avoir la réponse. En effet, si aujourd'hui la plupart des ailes sont dites « en flèches », c'est parce qu'elles soutiennent les moteurs. De plus, après de nombreux tests, on constate que c'est le système le moins dangereux étant donné que le kérosène les parcourt pour acheminer le carburant dans les réacteurs. Mais étant donné que de nombreuses innovations ont lieu chaque année dans le domaine de l'aéronautique, nous vous conseillons de rester au fait et MyFlightway est l'endroit parfait pour cela !

Sources des photos : Pour la couverture, il s'agit d'un 787-9 Dreamliner de la compagnie Air France ; ce cliché est particulièrement intéressant puisqu'on y voit le magnifique Wingflex que propose cet appareil. Cliché d'Anna Zvereva issu de Wikipédia. Dans le corps de l’article nous retrouvons :
#1 : le multiplan Caproni Ca.60, photo prise par un photographe inconnu issue de Wikipédia.
#2 : photographie prise par Roby et issue de Wikipédia. Nous y voyons l’avion III de Clément Ader.
#3: appareil du baron rouge au sol pendant le premier conflit mondial. Issu des archives de la fondation Anthony Fokker.
#4 : Nothrop B-2 Spirit prise le 30 mai 2006. Issue des archives de l'US Air Force 
#5 : Cliché issu de Wikipédia pris par Alan Wilson et montrant les ailes d'un Skyraider repliées.