Air France : La French-Touch de l’aérien (3/4)

Air France : La French-Touch de l’aérien (3/4)
L’ère des jets et la démocratisation (1960-1973)

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Air France se modernise en voyant entrer dans sa flotte de nouveaux avions tout en agrandissant son réseau. À partir des années 1960, la compagnie reste dans cet élan de modernisation en accueillant dans sa flotte ses premiers jets. Mais, la crise économique dans les années 70, causée par la montée du prix du pétrole, viendra bouleverser les évènements. Comment Air France s’est-elle modernisée et comment a-t-elle fait face à la crise ? La réponse dans cet article.

Une Caravelle d'Air France, nommée « Daufine », atterrissant à Londres Heathrow (LHR/EGLL), par Richard Vandervord

C’est à la fin des années 50, qu’Air France acquiert ses premiers avions à réaction. Baptisés respectivement « Château De Versailles » et « Lorraine », le premier Boeing 707 et la première Caravelle entrent en service chez Air France dès 1959 et deviennent rapidement les « stars des tarmacs » français, mais aussi mondiaux. En effet, les 707 et les Caravelles se sont vendus dans le monde entier à de nombreux exemplaires ; on compte 1010 livraisons pour le 707 et 280 pour la Caravelle.

Les 707 étaient aussi bien déployés vers les liaisons européennes que les liaisons intercontinentales. Ici, il décolle de Londres, par Richard Vandervord

Les jets deviennent alors les avions incontournables du transport de passagers. Plus rapides, plus silencieux et plus confortables que leurs prédécesseurs à hélice, les avions à réaction font rêver les passagers. De Paris à Los Angeles, en passant par São Paulo ou encore Saigon, Air France les exploite alors sur le plus long réseau du monde qui s’étend sur plus de 350 000 km. Trop lents, trop petits et trop inconfortables, les avions à hélice sont retirés du service long-courrier en 1966 et de nouveaux records sont alors battus : New York est relié à Paris en 8 heures, tandis que Rio de Janeiro et Los Angeles sont désormais accessibles sans escale. De plus, avec les nouvelles technologies à bord des avions et dans les aéroports, la météo n’est plus un problème pour la Caravelle qui est équipée d’un système d’atterrissage tout-temps : l'ILS, pour Instrument Landing System en anglais (voir L’ILS : comment ça marche ?).

Une affiche publicitaire d'Air France avec tous ses partenaires américains, par Air France

Air France se réinvente. La compagnie met en place avec Air Inter les premiers programmes de voyages. Ils permettent aux voyageurs fréquents de cumuler des points ou Miles, qui eux-mêmes permettent d’avoir des avantages auprès d'Air France et de ses partenaires, comme Capital Airlines par exemple. De plus, elle est l'une des premières compagnies à installer le cinéma à bord de ses avions.

Au cours des années 60, Air France continue à se développer. L’aéroport d’Orly (ORY/LFPO) s’agrandit davantage et accueille les ateliers de la compagnie, alors restés au Bourget (LBG/LFPB). Les principales activités de la firme sont donc regroupées sur un seul site, ce qui permet de minimiser les coûts d’exploitation.

Concernant son réseau, le 1er février 1963, le gouvernement cède à l’Union des Transports Aérien (UTA) les dessertes d’Asie pacifique, celle de l’Ouest des États-Unis et celles d’Afrique centrale (du Sud et de l’Ouest, hors Dakar). En effet, suite à son histoire coloniale, Dakar, la capitale du Sénégal reste une ville qui doit, politiquement, être reliée à la France par Air France.

Puis, les années 70 ont été une décennie de grands changements pour la compagnie. Tout d’abord, Air France devient la deuxième compagnie européenne, après Lufthansa, à exploiter le plus gros avion de ligne de l’époque : le Boeing 747. Il est alors considéré comme l’avion qui démocratisa le transport aérien étant donné sa capacité d’emport qui atteint les 350 passagers pour sa première version, le 747-100. En effet, avec un nombre plus conséquent de passagers embarqués, il devient plus rentable d’exploiter l’appareil.

Une affiche publicitaire d'Air France, visant à attirer les voyageurs d'affaires, par Air France

Néanmoins, après cette période de développements et de prospérité, l’année 1973 a été l´une des années les plus sombres du transport aérien. En effet, la hausse des prix du pétrole, liée au pic de production de pétrole des États-Unis, fait augmenter les prix des places à bord des avions. Suite à ce choc pétrolier, de grandes compagnies telles que la Pan Am, British Airways à peine créée ou encore Alitalia se retrouvent en grande difficulté. Mais Air France arrive à tenir bon. Elle met en place de nouvelles classes de voyage pour attirer de la nouvelle clientèle. C’est effectivement à cette époque que la compagnie française introduit la classe Affaires à bord de ses avions, destinée aux hommes et femmes d’affaires. De plus, la compagnie passe des accords avec les agences de voyages pour attirer plus de touristes et donc rentabiliser ses vols dans la classe dite « Touriste ».

Depuis les années 1960, Air France ne cesse de se moderniser. Avec l’arrivée des avions à réaction, les voyages deviennent plus courts et plus agréables. Elle a su faire face au choc pétrolier de 1973 en attirant une clientèle différente. Mais la modernisation d’Air France ne s’arrête pas là, puisqu’il reste 50 ans à parcourir. Mais vous les découvrirez dans le prochain et dernier épisode de cette série...