Flight report Lufthansa entre Francfort et Delhi en Business

Flight report Lufthansa entre Francfort et Delhi en Business
Image dans Google: https://myflightway.com/images/2022/08/03/lh760.jpg
Départ (code IATA): FRA
Ville de départ (nom de la ville seulement, en Français): Francfort
Arrivée (code IATA): DEL
Ville d'arrivée (nom de la ville seulement, en Français): Delhi
Flight report en Français du vol Lufthansa LH760 entre Francfort (FRA) et Delhi (DEL) en Business Class à bord d'un Boeing 747-8
Compagnie
Lufthansa
Classe
Business
Date du voyage
21/07/2022
Appareil
B747-830
Immatriculation
D-ABYM
Siège
04K
Temps de vol
07:05

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau Flight report.

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous accompagner avec moi pour mon premier vol long-courrier depuis la pandémie de Covid-19. Mon dernier long vol remonte à août 2019 et c’est donc avec impatience que je souhaitais repartir vers une destination lointaine, à bord d’un avion sympa ! Et c’est réussi puisque je m’envole aujourd’hui à bord d’un Boeing 747-8 de Lufthansa entre Francfort et Delhi en classe Affaires.


Je vous retrouve au hall des départs A-Z du terminal 1 de l’aéroport de Francfort.

Je m’avance vers les comptoirs d’enregistrement dédiés aux passagers de classe Affaires.

Comme vous pouvez le constater, il y a pas mal d’attente pour un check-in de Business Class. Il semblerait que toute la classe Affaires de Lufthansa au départ de Francfort (aussi bien court-, moyen- que long-courrier) se repose sur ces six guichets. C'est un peu limite…

Une fois l’enregistrement terminé, je me dirige vers la coursive B en empruntant plusieurs couloirs.

On passe les contrôles de sécurité. Pas de photo de cette étape. Ce ne fut ni très court, ni très long. Comptez dix minutes entre l’attente et le passage du PIF. Bizarrement, pas de file prioritaire pour les Business à cette heure. Elle était en fait présente mais fermée. Mais vu le peu de monde à cette heure, c’est justifiable. De plus, il y avait pas mal d’agents ouverts.

Vient ensuite la police aux frontières. Aucune attente. Un passage à travers le « PARAFE » allemand me fait passer ces contrôles en même pas 30 secondes ! Ça chance bien de certains aéroports français ^^

Me voici ainsi dans la zone de transit hors Schengen des portes B. Très propre, pas mal d’offres de restauration et de boutiques. La partie centrale du bâtiment a récemment été rénovée et est vraiment sympa.

Malheureusement, je n’aurai pas le temps d’en profiter et je file vers ma Gate, où le Boarding est déjà presque en train de débuter.

D’ailleurs, petit point négatif, en période de fortes chaleurs, le terminal n’est pas suffisamment climatisé à mon goût.

Après moins de cinq minutes de marche, j’arrive à ma porte, la B23, et je me retrouve nez à nez avec mon oiseau du jour : D-ABYM ou « Bayern », un Boeing 747-830 âgé de huit ans et demi, et arborant l’ancienne livrée de Lufthansa.

Je suis vraiment heureux de reprendre un Boeing 747, mon avion préféré, sur lequel je n’avais pas volé depuis près de huit ans ! Il a vraiment une gueule unique !

Mon vol est bien affiché, direction Delhi.

Avant l’embarquement à proprement parler, un « Pre-Boarding » est réalisé durant lequel les formalités d’entrée en Inde sont vérifiées. Lorsque j’effectue ce vol, il est nécessaire pour les Français de présenter le résultat négatif d’un test PCR ainsi que de remplir différentes formalités en ligne spéciales Covid (la déclaration « Air Suvidha »). Ajouté au visa nécessaire pour se rendre en Inde, vous vous rendez compte qu’il y en a des choses à présenter au Pre-Boarding !

Après l’embarquement des passagers à mobilité réduite et des passagers voyageant avec des enfants en bas âge, vient l’heure de l’embarquement pour les passagers de First et de Business Class. Celui-ci débute avec environ 30 minutes de retard (retard dans la préparation de l’avion apparemment). C’est un peu le bazar. Les Indiens ne comprennent pas par où passer, où se mettre, le principe d’embarquement prioritaire, ce qui fait tout ralentir.

Qui dit gros porteur, dit deux jetways ! Chose que je n’avais pas vue depuis un moment ^^

Nous empruntons la jetway dédiée à la classe Affaires et entrons à bord de la reine des cieux !

À peine arrivé sur les lieux que je découvre mon siège du jour : le 04K. Il s’agit de la première rangée de classe Affaires de l’avion (les rangées 1, 2 et 3 étant de la First Class).

Je profite d’embarquer parmi les premiers pour effectuer quelques photos du reste de la cabine.

Cette cabine de classe Affaires, comme dans la grande majorité des avions long-courriers de Lufthansa, a une configuration en 2-2-2. Il s’agit d’une configuration assez critiquée car vieillissante et peu pratique, du fait du manque de « Full Aisle Access ».

Je m’installe à mon siège et première constatation : l’espace pour les jambes est incroyable. Je les tends un maximum vers l’avant et je ne touche pas. Un point positif de la config 2-2-2 !

Admirez la belle vue moteur sur les deux GenX.

Mon siège me donne accès à 3 hublots complets !

À l’arrivée à mon siège, je retrouve d’office un oreiller, une couverture et des pantoufles. L’oreiller est vraiment gros et très confortable. La couverture quant à elle est bien épaisse, grande et très agréable au toucher.

Je vous réaliserai un tour complet du siège durant le vol.

Le camion du catering s’éloigne de notre avion.

Une hôtesse vient nous accueillir personnellement en nous proposant une boisson de bienvenue. On aura le choix entre de l’eau plate, du jus d’orange et du vin pétillant. J’ai choisi le jus d’orange. Il était pressé et frais : très bon et rafraichissant !

Le commandant de bord effectue une annonce en nous informant que nous aurons 20 minutes de retard en raison de bagages à décharger de l’avion.

Je profite de ce petit retard pour faire une parenthèse Covid. Lors de mon vol, le gouvernement allemand exigeait le port du masque à bord des avions en provenance/à destination d’Allemagne. Il est donc obligatoire de porter le masque pendant toute la durée du vol, même en classe Affaires. Dans la pratique, je l’ai souvent enlevé et je me suis même rendu une fois aux toilettes en l’oubliant, l’équipage ne m’a rien dit du tout…

La vidéo présentant les consignes de sécurité débute. Elle sera proposée en Allemand et en Anglais. D’après mes souvenirs, lorsque j’étais parti en Inde avec Lufthansa il y a trois ans (voir Flight report Lufthansa entre Munich et Mumbai en Business), la Safety video était également présentée en Hindi. D’ailleurs, il y a trois ans, il y avait plusieurs Staff indiens à bord. Aujourd’hui, seulement des Allemands.

Une autre vidéo est ensuite diffusée présentant l’offre de Wi-Fi à bord. Nous en reparlerons plus tard.

Le repoussage débute dans la foulée, avec toujours une magnifique vue sur les moteurs.

Une fois les moteurs démarrés, il est temps de débuter le roulage.

On croise plusieurs avions.

Notamment deux Boeing 767 de Condor, un en très vieille livrée, l’autre en livrée plus récente, mais pas de Stripes à l’horizon ^^

Un Boeing 777 de Thai.

Un A320neo de Lufthansa – il s’agit d’ailleurs de D-AINO, l’A320neo que j’avais pris entre Hurghada et Munich en août 2021 ^^ (voir Flight report Lufthansa entre Hurghada et Munich en Business).

D-ABVM, le seul Boeing 747-400 de Lufthansa en nouvelle livrée. Qu’il est beau !!

Suivi de D-ABYA, le seul Boeing 747-8 de Lufthansa en nouvelle livrée, qui était d’ailleurs pour l’anecdote le tout premier avion de Lufthansa à arborer la nouvelle livrée, en février 2018 ! Magnifique également !

Notre reflet dans le terminal.

Un Boeing 777F de Lufthansa Cargo en ancienne livrée.

Et on vient s’aligner sur la piste 18.

C’est ainsi qu’à 14h30, avec 50 minutes de retard, on quitte le plancher des vaches, direction New Delhi !

On monte tranquillement. Pas mal de petites turbulences se font ressentir durant la montée.

10 000 pieds passés, le Seatbelt Sign s'éteint. Il est temps de s’intéresser un peu plus en détail à ce fameux siège tant critiqué.

Tout d’abord, au sein de l’accoudoir central, on retrouve un compartiment contenant le casque ainsi qu’un port USB-A. Il y a un espace dédié à droite pour ranger une paire de lunettes.

Le casque est de la marque AKG. Du peu que j'ai pu le tester, il a un son très correct. Il dispose d'ailleurs d'une bonne réduction de bruit passive.

Juste à côté, on retrouve la tablette qu’on peut sortir en appuyant fortement dessus. Dépliée complètement, elle est de taille très correcte. On peut sans problème y poser un ordinateur. Elle peut aussi se replier sur elle-même. On peut également la tourner de 90 degrés, permettant ainsi de pouvoir quitter son siège, même avec la table sortie.

On retrouve à côté la télécommande permettant de contrôler l’écran. La vieille télécommande classique des 747.

Sous l'accoudoir, on retrouve une prise universelle par personne.

Sous l’écran maintenant, il y a un espace pour poser ses pieds. En-dessous, il y a un compartiment permettant de ranger ses chaussures ou un petit sac par exemple.

À droite, on retrouve une sorte de pochette comprenant une Safety card et un sac à vomi.

En dessous, il y a un autre petit compartiment comprenant une petite bouteille d’eau personnelle ainsi qu’une sorte de trousse de toilette.

Je dis « sorte » de trousse car il s’agit en fait d’un sac dans lequel on retrouve les différents accessoires emballés dans un ruban. Il existe une série complète de sacs à collectionner, reprenant différents designs sur plusieurs destinations. Pour ma part, je suis tombé sur la Grande Muraille de Chine.

À l’intérieur du sac, il y a une paire de chaussettes, une brosse à dents et un mini dentifrice, une pastille à la menthe, des crèmes signées L’Occitane et des revêtements à placer sur le casque. Pas de masque pour les yeux, de rasoir ou encore de bouchons d’oreille dans la trousse : pour éviter le gaspillage, Lufthansa a préféré proposer ces accessoires de manière facultative dans les toilettes.

Autre point à noter : c’est bien de voir que tous les emballages plastiques pour les différents composants de la trousse ou même pour la couverture ont disparu.

Venons-en désormais à l’écran et à l’IFE. Celui-ci est disponible en 10 langues, dont évidemment en Français. Il est contrôlable soit via une télécommande (vue plus tôt), soit tactilement.

Il est proposé une sélection de films, de séries, de musiques, de jeux, de livres audio et de podcasts, de programmes de bien-être…

Juste pour les films par exemple, près de 300 sont proposés. Il y a un peu de tout, de tous les genres, de toutes les langues, de toutes les années. Il y a aussi bien des classiques que des nouveautés. Il y a également une sélection de contenu assez importante pour les enfants. La sélection n’est pas incroyable mais elle fait très bien le job honnêtement.

On retrouve également deux caméras : celle du dessous de l’avion

Et elle du devant de l’avion

J’ai une préférence pour les caméras Airbus sur la tail !

Il y a aussi une carte présentant des informations sur le vol. Malheureusement, celle-ci n’est pas interactive et il n’y a pas moyen de personnaliser ses vues. Les vues défilent unes à unes, de la même manière pour tous les passagers. Pas de français : il y a une alternance entre l’Allemand, l’Anglais et l’Hindi.

L’écran peut également s’orienter pour mieux se placer face à soi, les sièges étant légèrement inclinés.

Cet IFE (écran + télécommande) est vieux, c’est indéniable. Il s’agit de la première génération d’écrans/de télécommandes de cette cabine de classe Affaires, installée pour la première fois sur le 747-8 en 2010. De plus, le 747-8 reprend la plupart des équipements du 747-400, ce qui n’en fait pas un avion très jeune. Néanmoins, en toute honnêteté, il n’est pas horrible non plus. L’écran tactile n’est pas très réactif certes. Cependant, au vu de la distance avec l’écran, il est préférable (je trouve) d’utiliser la télécommande pour naviguer qui, elle, produit une expérience assez fluide. La résolution de l’écran laisse bien sûr à désirer mais au vu de l’âge, c’est excusable. Encore une fois, c’est la première version de la Business. Ces écrans ont été améliorés sur les avions plus récents (A350 notamment). Aussi, des personnes critiquent la taille et la faible luminosité de l’écran. Je trouve personnellement la taille correcte par rapport à la distance avec l’écran. La luminosité peut quant à elle être adaptée selon ses envies.

Cela est un bien sûr un avis personnel qui prend en compte l’âge de l’avion et de la cabine. Il serait évidemment inconcevable de retrouver ce type d’écran sur des avions de dernière génération. Mais voyager à bord d’un 747 implique forcément de devoir faire des sacrifices.

Finalement, pour l’OS, celui-ci est le même sur tous les avions de Lufthansa. Hormis la partie informations sur le vol non personnalisable selon ses envies et dans sa langue, je le trouve bon. Il est visuellement sympa, reprend la charte de Lufthansa et est assez ergonomique.

Concernant le siège à proprement parler, il s’allonge complètement en « Full flat ». Il peut être personnalisé à convenance grâce au contrôleur tactile présent sur l’accoudoir.

En haut du siège, il y a une petite lampe liseuse ajustable.

L’accoudoir extérieur (côté hublot ou côté couloir, selon le siège) peut se baisser et offre ainsi plus de place en largeur pour dormir. Ce vol étant de jour, je ne dormirai pas. Mais c’est vrai qu’un point négatif revenant souvent est la faible largeur du siège. Si ça n’est pas gênant de jour, ça l’est davantage pour fermer l’œil quand on aime dormir sur le côté.

Il est également souvent évoqué la dureté de ce siège de Business. Pour le coup, je trouve celui-ci très confortable. Je n’ai pas tenté de dormir mais juste en restant assis, en position droite comme intermédiaire, je n’ai rien à lui reprocher !

La cabine est donc assez vieille avec sa configuration 2-2-2, alors que la tendance vire au 1-2-1 chez la concurrence. Cependant, voyageant accompagné, je trouve cette config très intéressante justement pour profiter à la fois du hublot et du partenaire de voyage. Une config 1-2-1 m’aurait vraiment agacée : j’aurais dû dire adieu ou bien à mon partenaire, ou bien à la wing view. Je peux cependant comprendre que la configuration ne soit pas très appréciée par les voyageurs solos.

Autre point, du fait de l’ancienneté de la cabine, on ressent un peu la fragilité et le vécu de certains équipements. Certains sont un peu abimés. De plus, tous les recoins ne sont pas parfaitement propres. Quand on sait que ces avions sont sans arrêt en déplacement avec constamment des nouvelles personnes à bord, ça peut se comprendre mais en cette période de pandémie, il est plus que primordial d’optimiser la propreté, même dans les plus petits recoins. Mais pour un avion/une cabine de 12 ans, ça reste correct.

Enfin arrivé à notre niveau de vol.

On nous apporte le menu du vol. Je mets la version anglaise ci-dessous pour les curieux.

Tout commence par un apéritif. J’ai choisi de prendre un verre de jus de pomme avec un verre d’eau, le tout accompagné d’amandes.

On nous apporte ensuite une petite serviette chaude. Content de voir que cette prestation soit revenue !

Le service débute.

En entrée, je suis parti sur le thon Tataki accompagné d’une salade de légumes Dashi et de mayonnaise au Miso. N’ayant plus de thon en stock, celui-ci est substitué par des crevettes. Dommage car j’aurais bien aimé goûter le thon mais bon, les crevettes étaient tout de même bonnes.

En plat principal, j’ai choisi les crevettes (et oui encore !) sautées avec des légumes au sésame, le tout servi avec du riz au jasmin et du curry rouge thaïlandais. Ce fut vraiment très bon. Je regrette néanmoins les portions un peu trop petites à mon goût. Mais bon, mieux vaut optimiser la qualité que la quantité ^^

Un point un peu dommage également : le PNC « en charge de moi » était en fait en charge de près de 14 clients dans la cabine. Ainsi, c’était compliqué de facilement se faire resservir à boire ou du pain pendant le service du repas. En lui demandant, c’était fait sans problème. Mais j’estime que cela devrait se faire naturellement en classe Affaires, sans que le client ait besoin de demander pour qu’on lui remplisse son verre.

On poursuit avec le fromage et le dessert, les deux servis simultanément. J’aurai donc droit à un assortiment de trois fromages accompagné de chutney de miel de sésame et de raisin. Pour le dessert, ce sera un gâteau aux fruits rouges avec une crème fouettée revêtue de pistache hachée.

Pas grand-chose à dire sur le repas en général, si ce n’est excellent ! J’ai récemment entendu beaucoup de mal sur les repas proposés sur Lufthansa en classe Affaires, comme quoi la qualité avait largement baissé. Pour ma part, ce fut tout simplement succulent.

Finalement, on nous apporte des petits chocolats.

Un autre point à évoquer absolument est la grande gentillesse de l’équipage. Ils sont excellents, très gentils, très « friendly », savent se rendre disponibles…

Après le repas, un rapide tour aux toilettes. Rien de bien spécial, si ce n’est un panier contenant différentes petites choses dont des rasoirs, des bouchons d’oreille, des masques pour les yeux et des serviettes rafraichissantes.

De retour à mon siège, on m’a importé un n-ième papier que je vais devoir remplir pour mon arrivée en Inde…

Le soleil commence à se coucher au-dessus de l’Iran, l’occasion de se rendre au galley pour apprécier de plus près la beauté de ces moteurs. Malheureusement, les hublots seront sales mais ça donne tout de même une bonne idée sur cette magnifique vue durant le coucher de soleil. Existe-t-il une plus belle wingview ??

Petite vue sur l’escalier permettant de monter à l’étage du Boeing 747 et sur le « bureau » du Purser (petite particularité du 747).

Autre divertissement présent à bord de cet avion, comme sur tous les avions long-courriers de la flotte Lufthansa : le Wi-Fi à bord.

En se connectant au réseau « Telekom_FlyNet », on accède au portail FlyNet donnant accès à de nombreuses informations (la météo à destination, un guide de voyage, des actualités, les vols en correspondance…) ainsi qu’à l’achat des forfaits internet.

Sur ce vol, Lufthansa propose trois offres différentes de Wi-Fi à bord : l’offre « Messaging », disponible à 5€, permet de profiter d’un débit jusqu’à 100 kbps pendant toute la durée du vol ; cette offre a été conçue pour discuter sur des messageries instantanées (WhatsApp, Messenger…). L’offre « Premium », disponible en version 2 heures à 15€ ou pour toute la durée du vol à 25€, permet de surfer sur internet avec un débit allant jusqu’à 4 Mbps.

Pas d’offre gratuite proposée, c’est bien dommage. Néanmoins, ce sont des prix qui restent assez raisonnables en comparaison à d’autres compagnies.

Environ 1h45 avant l’arrivée, la cabine se rallume. C’est alors l’heure du deuxième service.

Ce deuxième repas sera typiquement indien : le plat principal sera du panir au Palak avec du Chana Masala, le dessert est un yaourt avec du crumble au thé Matcha.

Comme pour le premier service, ce deuxième fut excellent. Ça prépare de plus en plus à la destination ^^

Nous approchons doucement de la fin du vol alors que le service se termine.

L’avion débute sa descente vers l’Inde, la cabine est de plus en plus sombre.

Je m’excuse de la qualité des photos suivantes. Mon téléphone a du mal la nuit.

À 01h03 (heure locale), après 07h05 de vol et avec seulement 5 minutes de retard, nous nous posons sur la piste 10 de l’aéroport Indira Gandhi de Delhi.

Nous dégageons la piste par la droite puis roulons jusqu’au parking.

Un Airbus A350 d'Air France se pose juste après nous, en provenance de Paris.

Nous passons devant un A320neo de GoFirst (aux couleurs de l’ancienne GoAir).

Nous apercevons aussi un A320neo d’Air India, VT-ICO, arborant sur la Tail la livrée spéciale « Mahatma Gandhi ».

Nous arrivons sur l’Apron. On roule à côté d’un Boeing 787-8 d’Air India avec la livrée spéciale « Guru Nanak - 550 Years Celebration » et d’un Airbus A330 de SWISS.

On réalise notre dernier virage à gauche du SWISS et on vient se parquer à la porte B15 du terminal 3 de l’aéroport.

Dernière photo du siège avant de partir.

Trois minutes plus tard, nous quittons l’avion par la première jetway.

À la sortie de la jetway, dernière photo de notre magnifique Yankee Mike.

Et on se dirige vers les arrivées.

Nous descendons pour arriver au hall de l’immigration.

En une dizaine de minutes, nous passons la police aux frontières, vérifiant les nombreuses formalités d’entrée.

Mais chose faite, me voilà enfin officiellement sur le sol indien, avec deux nouveaux tampons dans le passeport !

On se dirige ensuite vers la sortie en passant par le Duty Free (une pratique courante en Asie).

Les bagages de notre vol vont être livrés. Nous les attendons patiemment.

Une fois récupérés, nous pouvons finalement quitter le terminal et rejoindre la ville.


Conclusion

Ce vol à bord du Boeing 747-8 de Lufthansa fut absolument excellent, sûrement l’un des meilleurs que j’ai eus avec LH depuis bien longtemps ! Je l’ai peu mentionné dans mon report mais l’équipage fut vraiment excellent, très gentil et attentionné, à l’écoute, toujours disponible. Les repas et prestations étaient vraiment bons, sans exception. La cabine est un peu vieille et la propreté n’est pas parfaite dans tous les petits recoins. L’IFE est un peu dépassé. La configuration en 2-2-2, beaucoup critiquée, m’a bien arrangée en me permettant de ne pas choisir entre mon partenaire et la wing view. Le siège fut confortable. La cabine n’était pas pleine et vraiment agréable. Et sans oublier le plus important, quel bonheur de voyager à bord d’un Boeing 747 en 2022 !

Concernant Francfort, le manque de personnel se fait vraiment ressentir, notamment à l’enregistrement où les temps d’attente sont trop longs. Sinon, c’est très propre. L’offre de restauration et d’achat est tout à fait correcte. Le terminal est plutôt agréable. Peut-être monter un peu la clim pendant les journées de forte chaleur ^^

Concernant Delhi enfin, j’ai bien trop peu d’éléments pour évaluer cet aéroport. De ce que j’ai vu, c’est assez fluide et propre. Il semble y avoir pas mal de services proposés également.

Ce fut le premier Flight report de mon périple en Asie et je m’impatiente déjà de vous emmener avec moi à bord du prochain vol, qui aura lieu au départ de Delhi. J’espère que vous avez apprécié ce Flight report autant que j’ai pris du plaisir à le réaliser et je vous retrouve très vite pour la suite, sur MyFlightway ;)



Notes


Francfort-sur-le-Main (moyenne)
8,8/10
Fluidité
7/10
Propreté
10/10
Services
9,5/10
Lufthansa (moyenne)
8,4/10
Cabine
8/10
Siège
8/10
Propreté
6/10
Ponctualité
9,5/10
Équipage
10/10
Divertissements
8/10
Service à bord
9/10
Delhi-Indira Gandhi (moyenne)
8,3/10
Fluidité
8/10
Propreté
9/10
Services
8/10