Lufthansa • FRA → CAI • Business • A321-271NX

Lufthansa • FRA → CAI • Business • A321-271NX
Compagnie
Lufthansa
Classe
Business
Date du voyage
02/08/2021
Appareil
A321-271NX
Immatriculation
D-AIEC
Siège
05A
Temps de vol
03:35

Bonjour à toutes et à tous. C’est vraiment un plaisir pour moi de vous retrouver ce matin à l’aéroport de Francfort, en Allemagne, pour un nouveau Flight report ! Aujourd’hui, je m’envole à bord de l’A321neo de Lufthansa, direction Le Caire !


Je viens tout juste d’arriver à Francfort par le vol LH1051 en provenance de Paris CDG en Airbus A321-231. Le vol était complètement surbooké ; j’ai donc réalisé ce court vol en Jumpseat, dans le galley tout au fond de l’avion, à côté de la porte 4L. Une bonne occasion de discuter avec les hôtesses, toujours au top, de Lufthansa ! Je n’ai donc malheureusement pas pu vous reporter ce petit vol.

Je vous mets une petite photo que j’ai prise rapidement pendant mon transit : D-AIXK à gauche, un A350-900 de Lufthansa en nouvelle livrée, et D-AIDV à droite, le sublime A321-231 Lufthansa en livrée rétro !

Ma correspondance entre les deux vols était assez serrée et je n’ai pas eu à récupérer mes bagages. Je vous retrouve donc directement à la gate B28, porte d’embarquement de mon vol vers Le Caire.

Notre avion n’est pas tout de suite là mais ne tarde pas à arriver, tracté par un Pushback. Il s’agit de D-AIEC, un Airbus A321-271NX, livré à la compagnie en août 2019.

En raison d’un retard dans l’acheminement du catering à bord, l’embarquement est retardé de 40 minutes. J’attends donc patiemment devant mon magnifique Airbus.

En ce qui concerne le trafic aérien actuel, mon vol entre Paris et Francfort était plein, tandis qu’à l’aéroport de Francfort, le terminal 2 a rouvert et les gros porteurs ont retrouvé leur coursive dédiée. La plupart des magasins ont rouvert également et une forte reprise du trafic se fait ressentir avec beaucoup de monde dans le terminal. Vu le monde attendant devant la gate, mon vol pour Le Caire est plein également.

Le boarding débute finalement avec tout d’abord l’embarquement des passagers voyageant avec des enfants âgés de moins de 2 ans. Le deuxième groupe d’embarquement est constitué des passagers de classe Affaires, des détenteurs d’une carte Gold Star Alliance ainsi que des membres Lufthansa Senator et HON Circle. Viennent ensuite les passagers de classe économique divisés en trois groupes d’embarquement : « Hublot », « Milieu » et « Couloir ». Sur le papier ça n’est pas une mauvaise idée du tout car cela permettrait de considérablement réduire l’attente dans les couloirs et les contacts entre passagers. Cependant, dans la pratique, c’est un vrai fiasco ! Tout d’abord, beaucoup de passagers enregistrés sur ce vol ne parlent ni allemand, ni anglais mais seulement arabe, donc la compréhension du principe n’est pas évidente. Deuxièmement, un passager lambda ne sait pas forcément s’il est assis à un couloir, à un hublot, au milieu… Et troisièmement, essayez donc de séparer les familles durant l’embarquement… C’est peine perdue.

Quoi qu’il en soit, je n’ai pas eu à tester ce concept car j’embarque parmi les premiers !

Pour changer de d’habitude, magnifique petit fuselage shot sur l’A321neo avec ce sublime Pratt & Whitney.

Et comme toujours avec la nouvelle livrée de Lufthansa, le joli petit carré jaune de bienvenue.

On arrive dans la magnifique nouvelle cabine court-/moyen-courrier équipant tous les A321neo et certains A320neo récents de la compagnie. Les sièges sont en cuir gris foncé.

Je m’installe à mon siège, le 5A, côté hublot, situé à la dernière rangée de Business Class.

L’espace pour les jambes est juste incroyable ! Je fais près d’1m80 et je peux allonger mes jambes entièrement sans jamais toucher le siège devant moi.

Cette cabine est une Business de type européenne, c’est-à-dire que la cabine est exactement la même qu’en classe économique, à deux détails près : le siège du milieu est bloqué, créant ainsi une configuration en 2-2, et l’espace pour les jambes est bien plus important qu’en classe économique. Il est vrai que pour un vol de cette durée, une vraie cabine de Business aurait pu être appréciée, surtout par exemple pour le vol LH584 de nuit pour Le Caire, qui arrive en Égypte à 2h du matin. Pour un vol de jour comme le mien, la cabine est cependant tout à fait correcte, surtout avec cet espacement pour les jambes.

La 5ème rangée offre une superbe vue sur le moteur !

Dans la pochette du siège, simplement la consigne de sécurité et le sac à vomi. Plus aucun Lufthansa Magazin ou Lufthansa WorldShop… Tous les magazines sont désormais dématérialisés sur l’application Lufthansa.

Pas de coussin ni de couverture au siège. Il est toutefois possible d’en demander aux PNC.

L’embarquement est terminé, il est temps pour l’équipage de nous apporter une trousse de toilette, vraiment une superbe attention pour un vol de 3h30 ! Pas de Welcome drink cependant, peut-être à cause de la situation actuelle…

Et sans plus attendre nous repoussons, face à l’ouest.

Nous roulons jusqu’au seuil de la piste 18 en croisant plusieurs avions.

Un 747-8 Lufthansa en ancienne livrée qui part pour San Francisco.

Un A330-300 Lufthansa en ancienne livré parqué ainsi qu’un A340-300 en livrée Star Alliance.

Un Airbus A330-300 Lufthansa qui décolle.

Nous arrivons ensuite au seuil de la piste 18. On s’aligne et on attend afin de laisser décoller un autre A340-300 en livrée Star Alliance de la piste 25C.

Deux Airbus A320 marquent l’arrêt à côté de nous : un de Lufthansa et un de Crotia Airlines.

Avec 55 minutes de retard, c’est enfin le moment pour nous de décoller ! Étant assez lourd, le commandant de bord élève la puissance des deux PW1133G sur TOGA et nous nous envolons.

La fameuse SID CINDY3S nous fait directement prendre un grand virage à gauche, nous offrant ainsi une belle vue aérienne sur l’aéroport de Francfort !

Nous montons assez rapidement jusqu’à dépasser la couche nuageuse.

Dès le Seatbelt Sign éteint, je sors mon ordinateur et je me mets au travail !

Je remarque dès maintenant un désavantage à ce siège : la tablette du siège est bien trop petite pour un ordinateur, surtout quand le siège de devant est un peu reculé. Vous le voyez, mon ordinateur est presque à moitié dans le vide

Cependant, petit fait sympa sur cette nouvelle cabine à bord : contrairement à l’ancienne cabine, Lufthansa apporte enfin des ports USB aux sièges, disponibles eux dans tout l’avion ! Il s’agit là d’une fonctionnalité très attendue chez Lufthansa, alors que la concurrence la propose depuis déjà quelques années… On retrouve 2 ports USB-A et 2 ports USB-C pour 3 sièges. À noter cependant que le port USB-A et le port USB-C ne peuvent pas être utilisés simultanément. De plus, le port USB-C n’est théoriquement pas assez puissant pour la recharge d’un ordinateur et est normalement exclusivement réservé à la recharge d’un smartphone. Ça ne m’a cependant pas empêché de quand même l’utiliser pour la recharge de mon ordinateur !

Fonctionnalité qui vient à manquer sur un vol de cette durée c’est le Wi-Fi à bord ! Alors que la quasi-totalité de la flotte de Lufthansa est équipée d’une connexion à internet, tous les A320neo et A321neo sont dépourvus de balise Wi-Fi. Cela s’explique d’une manière assez simple : les avions sont configurés de manière assez dense avec un nombre de sièges important, et ajouter un Satcom sur le fuselage, à l’arrière de l’avion, créerait des problèmes de répartition de poids dans l’appareil, voire engendrerait une masse trop élevée au décollage. Il s’agit là d’un problème rencontré par énormément de compagnies ; rares sont donc celles qui disposent de Wi-Fi sur leurs A320neo/A321neo. Lufthansa travaillerait cependant depuis déjà deux ans sur une solution permettant l’instauration du Wi-Fi à bord d’une autre manière. Affaire à suivre…

Autre fonctionnalité manquante : étant une cabine déployée sur des destinations court- comme moyen-courriers, il n’y a aucun système de divertissement à bord. Aucun écran n’est disponible, ni au siège, ni au plafond/à l’avant de la cabine. Aucune carte interactive n’indique notre position, ce qui est vraiment dommage pour un vol de cette durée…

Nous arrivons presque à notre altitude de croisière lorsque l’hôtesse nous apporte le menu du jour.

En entrée, j’aurai droit à des tranches de poitrine de poulet accompagnées d’une salade du chevrier végétarien, de pesto de roquette et de vinaigre balsamique. En plat, je vais partir sur du poulet au citron accompagné de riz. Il y aura également du fromage de fleurs sauvages, du fromage de chèvre et du gouda, accompagnés de chutney de mangue et de piment. Le repas se terminera sur une crème au tiramisu.

Avant le repas, on apprécie un petit apéritif – dans mon cas, un bon jus de pomme allemand – accompagné de cacahuètes.

Le repas est par la suite servi. Contrairement aux vols long-courriers, pas de vraie table dressée, tout sur un plateau. Mais tout est bien présenté, servi dans de la porcelaine avec des couverts en métal. À l’exception du dessert, toutes les assiettes et récipients présents sur le plateau sont couverts par des emballages en plastique de manière à optimiser l’hygiène des plats. Pour cette même raison, les hôtesses portent d’ailleurs des gants en plastique pendant le service. Notez que le pain est apporté séparément du reste et il y a un choix entre plusieurs types de pain.

Le repas est tout simplement excellent, autant l’entrée que le plat et que les fromages. La crème au tiramisu est un peu trop sucrée à mon goût mais tout de même bonne. J’ajouterai cependant que les portions sont légèrement trop petites pour moi, surtout pour un vol de 3h30.

Après le déjeuner, je me bois un thé Earl Grey dans une chouette tasse !

Je m’occupe par la suite de remplir les différentes formalités d’entrée en Égypte, les formulaires ayant juste été distribués par une hôtesse.

Nous apercevons par le hublot la côte grecque et entamons notre traversée de la Méditerranée.

L’équipage passe plusieurs fois pendant le vol pour nous distribuer à boire, ainsi que des gâteaux.

Nous survolons la mer et les îles grecques.

Un petit tour rapide aux toilettes : bien que ce soient des toilettes réservées exclusivement aux passagers de classe Affaires, rien de spécial, ce sont que les mêmes toilettes étroites que celles qu’on retrouve à l’avant de chaque appareil de la famille A320 ! Il y a normalement plus de choses à disposition en Business (serviettes rafraichissantes, crèmes…) mais ces produits ont disparu avec la crise sanitaire. On en retrouve cependant dans la trousse de toilette distribuée au début du vol.

Lorsque je reviens à mon siège, nous sommes déjà au-dessus de l’Égypte et démarrons doucement notre descente vers Le Caire.

Je vous mets quelques photos de notre survol de la ville du Caire avant de nous poser à l’aéroport.

Les passagers assis à droite ont pu apercevoir les pyramides de Gizeh. J’ai pour ma part dû me contenter du centre-ville du Caire.

En courte finale, nous apercevons à gauche de nombreux appareils de la flotte d’Egyptair parqués.

Et c’est finalement après 03h35 de vol, avec 18 minutes de retard – pour rappel, nous avions quitté à Francfort avec 55 minutes de retard –, que nous nous posons sur la piste 05C de l’aéroport international du Caire.

Nous roulons vers le terminal en passant devant deux Airbus A340-200 de Air Leisure Egypt ainsi que plusieurs Airbus, Boeing et Embraer d’Egyptair qui sont parqués et bâchés.

Les parking situés au niveau du terminal sont quasi déserts. Presque aucun avion n’est présent, à part un A220 d’Egyptair et A320 d’Austrian venant tout juste d’arriver de Vienne.

Le débarquement se fait progressivement : d’abord les passagers de classe Affaires, suivis des passagers de classe économique sortant eux rangée par rangée.

Encore une petit photo du fuselage pour la route.

Si l’aéroport semblait assez triste et vieillot de l’extérieur, le terminal à l’intérieur est assez moderne et très propre.

Nous sommes contrôlés à un guichet prenant notre température, récupérant l’une des feuilles que nous avons remplies à bord de l’avion et vérifiant les pass sanitaires (attestation de vaccination complète, test PCR de moins de 72h ou test antigénique de moins de 48h, ou certificat de rétablissement). Vu la vitesse de la vérification, je remets légèrement en doute le sérieux de ce check. L'agent nous a laissés passer sans même vérifier qu’il s’agissait bien d’un QR code Covid et sans se soucier de notre identité. J’aurais présenté le code-barres de ma carte d’embarquement que ça serait passé sans aucun problème !

J’aperçois une dernière fois mon bel A321neo au loin.

Il est temps de passer les contrôles de la police aux frontières. Pour les européens, il est indispensable de payer un visa pour pouvoir entrer en Égypte. J’ai partout lu qu’il est conseillé d’acheter en ligne un E-visa au moins une semaine à l’avance, pour payer moins cher et moins attendre à l’aéroport. Par manque de temps, je n’ai pas pu faire la procédure en ligne donc je l’ai pris sur place. Le prix n’était que de 25$, soit moins cher qu’en ligne si je ne m’abuse, et il n’y avait aucune attente pour l’obtenir. De plus, alors qu’en ligne il faut remplir un certain nombre d’informations personnelles, sur place seul un billet suffit, et les Euros sont acceptés.

Si vous êtes en correspondance, pas moyen de rester dans la zone de transit. Il est indispensable de passer par la récupération des bagages puis à nouveau par l’enregistrement… Pas très pratique, ni rapide. Nous arrivons donc enfin à la zone de récupération des bagages.

Concernant mes bagages, il faut savoir que je viens de Paris et que ma destination finale est Hurghada, en Égypte. J’ai acheté un billet Egyptair entre Le Caire et Hurghada (vol que je vous reporterai bientôt sur MyFlightway), ainsi, lors de mon check-in à Paris, je me suis arrangé pour que mes bagages soient directement envoyés jusqu’à Hurghada.

Cependant, à bord de mon vol Lufthansa entre Francfort et Le Caire, l’hôtesse (après s’être renseignée auprès du commandant de bord) nous a affirmé qu’en Égypte, chaque bagage devait obligatoirement être récupéré au Caire, alors que les Bag Tags mentionnaient bien « HRG » en destination finale. Après un premier check au « Transit Information Desk » d’Egyptair au Caire, on nous confirme que les bagages arriveront sur le tapis au Caire.

Nous décidons donc d’attendre un peu (notre correspondance étant longue de toute façon, nous ne sommes pas pressés). Après une vingtaine de minutes, rien (logique vous me direz si mes bagages sont enregistrés jusqu’à Hurghada). On s’informe auprès d’un responsable de la récupération des bagages qui nous dit lui que nos bagages partent bien directement sur Hurghada. Assez contradictoires toutes ces explications… Nous lui faisons cependant confiance, passons devant les officiers de la douane égyptienne et quittons la zone contrôlée, pour arriver dans le grand hall d’arrivée quasi désert de l’aéroport, mais toujours très propre.

Nous montons donc à l’étage au hall des départs pour partir direction Hurghada. La suite du voyage et de l’aventure avec les bagages (croyez-moi, ce n’est pas fini) est à retrouver dans le prochain Flight report !


Conclusion

Un super vol moyen-courrier à bord de la classe Affaires de Lufthansa aujourd’hui ! Des crews en or, un super service, un excellent repas, des mesures sanitaires plus qu’au top ! L’A321neo est vraiment très agréable, silencieux, moderne comme on aime. Dommage simplement pour le manque de Wi-Fi, de divertissements à bord, de carte interactive, de vraie cabine de Business… tant de prestations qui auraient vraiment pu être appréciées pour un vol de cette durée et qui l’aurait vraiment rendu encore plus agréable !

À Francfort, rien de particulier à dire, si ce n’est que c’est un aéroport propre, moderne, assez rapide pour transiter. Tout est bien indiqué, on se repère facilement malgré la taille du terminal, le personnel est très aimable et serviable. Un sans-faute !

Au Caire, le terminal est très propre, plutôt moderne mais vraiment pas pratique et sacrément contre-intuitif… Les passages à la police aux frontières et aux différents checks se font cependant assez rapidement. En même temps, quand on voit à quel point le terminal est désert, encore heureux !


Notes


Francfort sur le Main (moyenne)
10/10
Fluidité
10/10
Propreté
10/10
Accès / Services
10/10
Lufthansa (moyenne)
8/10
Cabine
8/10
Siège
8/10
Propreté
9/10
Ponctualité
6/10
Équipage
10/10
Service à bord
9/10
Divertissements
6/10
Le Caire (moyenne)
7/10
Fluidité
7/10
Propreté
9/10
Accès / Services
5/10