Lufthansa • FRA → NAP • Economy • A320-214

Lufthansa • FRA → NAP • Economy • A320-214
Flight report du vol Lufthansa LH334 entre Francfort (FRA) et Naples (NAP) en Economy le 20/07/2021 à bord d'A320-214
Compagnie
Lufthansa
Classe
Economy
Date du voyage
20/07/2021
Appareil
A320-214
Immatriculation
D-AIUY
Siège
08F
Temps de vol
01:35

Bonjour à tous !
Aujourd'hui, pour mon premier Flight report, je vais vous présenter le rapport du vol Lufthansa LH334 entre Francfort (en Allemagne) et Naples (en Italie).
Opéré par un Airbus A320-214 équipé de Sharklets (cette sorte de mini-empennage qui remonte au bout de l'aile), nous sommes partis de l'aéroport International de Francfort.


Le 20 juillet 2021, à 8h45, je suis arrivé à l'aéroport de Francfort. Cet aéroport je le connais très bien puisque j'y passe plusieurs fois par an.

Je me suis donc dirigé vers les machines automatiques d'enregistrement des bagages du terminal 1, le terminal utilisé principalement par Lufthansa et ses partenaires. Il n'y avait quasiment pas de file.

J'ai donc imprimé mes Bag Tags mais manque de bol, tous les tapis roulant des comptoirs de la classe économique ne fonctionnaient plus. Les agents de la Lufthansa et de l'aéroport nous ont donc demandés de nous diriger vers ceux de la classe Affaires situés à une vingtaine de mètres des nôtres.

Avec tous les passagers de la classe économique de tous les vols Lufthansa, la file du côté des Business Class était beaucoup plus longue. Mais j'ai tout de même réussi à passer rapidement.

Une fois mes bagages enregistrés, nous nous sommes dirigés vers les contrôles de sécurité.

Ces contrôles à l’aéroport de Francfort sont (presque) toujours très performants. Vous n’y passerez rarement plus de 10 minutes. Chrono en main, je n'en ai eu que pour 5 minutes.

Après que nous ayons récupéré nos sacs à dos, nous nous sommes dirigés vers notre porte d'embarquement, la porte A32, en passant par les Duty-free très bien garnis de l’aéroport.

Après une petite séance de spotting, nous embarquons enfin !

Comme vous le savez, le COVID-19 vient chambouler toutes les habitudes des compagnies. C'est donc par groupes – une première chez Lufthansa – que nous embarquons : d'abord les passagers de Business, puis le groupe 3, 4 et enfin le 5. J'avais initialement réservé un siège à l'arrière de l'avion, le 17F. À l'enregistrement, j'ai finalement opté pour un siège plus en avant, le 8F. J’ai tout de même embarqué parmi les derniers car mon groupe d’embarquement était resté en conséquence de mon premier siège, ce qui expliquera que tous les passagers de ma rangée étaient déjà installés à bord lorsque je suis arrivé.

L'embarquement s'est fait par bus. Il n'a pas fallu rouler bien longtemps car notre avion n'était qu'à une centaine de mètres.

À bord, la chef de cabine principale nous a accueillis avec un sourire bien visible derrière son masque. L'équipage nous a distribué des lingettes pour nettoyer notre siège, notre tablette et nos mains. J'en ai également profité pour nettoyer mes deux hublots !

L'équipage était également prêt à distribuer des masques si celui d'un passager n'était pas adéquat ou cassé. En vous parlant de masque, rappelez-vous que seuls les masques FFP2 et chirurgicaux sont autorisés à bord de Lufthansa (un Flight report sert aussi à prévenir les futurs passagers de ce qui les attend, même si ce n'est pas ce qu'il y a de plus glamour).

Un fois installés, nous avons un peu attendu, car suite à un problème de bus, tous les passagers n'étaient pas encore à bord.

C'est donc à l'heure initiale de décollage que nous commençons le push back et que les hôtesses ont pu débuter les démonstrations de sécurité à bord. On avait l'impression tout de même que certaines hôtesses n'étaient pas très réveillées…

Pour ce vol, nous avions eu le droit à l'ancienne cabine de Lufthansa. Les sièges étaient par contre très corrects pour un vol de type européen. Ils étaient équipés d’une tablette, d’une pochette en filet en dessous et une pochette pour la Safety card, le menu (un peu déchiré pour ma part) et le sachet en papier pour vous savez quoi ;)

Un porte-manteau – qui n'est pas très pratique, du moins chez moi car lorsque j'accrochais ma veste, je n'avais plus de hublot – est également présent au siège.

Contrairement aux derniers A320neo reçus, il n'y avait pas de prise de courant à bord. Le Wi-Fi (FlyNet pour les connaisseurs de Lufthansa) n'était pas disponible pour ce vol, alors qu’il l’est sur une grande partie de la flotte de la compagnie.

Enfin, au-dessus de nos têtes, les coffres à bagages étaient assez grands pour accueillir 4 valises cabine. Bien sûr les lampes et les ventilations individuelles étaient au rendez-vous.

L'espace pour les jambes était amplement suffisant pour moi qui fais 1m65. Devant moi, les 20 cm qui me séparaient du siège m'ont permis d'allonger complètement les jambes !

Après un taxi rapide, nous décollons de la piste 18 de l'aéroport. Située à l'ouest des terminaux, elle ne sert qu'aux décollages et est très pratique pour les vols allant vers le sud/sud-ouest (Italie, Espagne, France, Suisse, etc.). Avec ses 4 000 mètres, elle peut accueillir tous les types d'avion allant du petit Embraer au géant A380.

Le décollage se passe normalement et nous avons pu apercevoir sur la droite les spotters situés sur l’Aussichtpunkt « Startbahn West » (littéralement le point d'observation de la piste ouest), plateforme complètement dédiée à la photographie aéronautique. Je n’ai malheureusement pas pu la prendre en photo.

Depuis la crise de COVID-19, Lufthansa n'offre plus de repas gratuit, ni de boissons, à bord de ses courts vols, en classe économique du moins. Elle propose depuis peu une gamme de nourriture à bord disponible à l’achat, allant de la salade au repas chaud en passant par les boissons.

Comme sa filiale SWISS, Lufthansa offre à tous les passagers un chocolat et une petite bouteille d'eau.

C'est le seul point négatif que je trouve à Lufthansa sur ce vol, surtout lorsqu'on a connu pendant des dizaines d'années le service parfait de la compagnie allemande…

Pour les plus gourmands d’entre vous, je vous mets le menu avec les prix qui vont avec, ci-dessous.

Après avoir survolé les Alpes, Venise, la mer adriatique et une partie des Pouilles (région d'Italie), nous amorçons notre déscente vers l'aéroport napolitain.

Le ciel est clairsemé de nuages donc on a eu le droit à quelques petits Cloud-Surfing.

C'est d'ailleurs pendant cette phase de vol que nous avions reçu nos chocolats.

L'approche était un peu turbulente à cause du vent.

Après avoir survolé l'autoroute, nous nous sommes posés sur la piste 24, face à la mer, avec le Vésuve se trouvant sur notre gauche. Le toucher s'est fait en douceur mais le freinage brusque et puissant a fait souffler quelques passagers.

Nous sommes sortis de la piste par la dernière voie de sortie et nous nous sommes parqués à côté d'un A320 d'easyJet Europe qui s’est posé quelques minutes avant nous.

Suite au Covid, le débarquement s'est également fait par petits groupes, de l'avant vers l'arrière.

J'ai ensuite fait un tour par le cockpit et parlé avec les pilotes !

Le débarquement s'est bien passé.

Sur le tarmac de l'aéroport, un A320 d'Air France portant la nouvelle livrée « Crevette » est stationné ainsi qu’un tout nouvel A320 de Volotea.

Une fois sortis de l'avion, nous nous sommes rendus dans le terminal pour récupérer nos bagages. L'attente fut interminable mais ils sont finalement arrivés !

Ensuite, pour sortir, rien de plus simple : vous sortez par la seule porte du hall.


Conclusion

Lufthansa m'a, comme toujours, satisfait. Nous sommes arrivés à l'heure et le vol s'est merveilleusement bien passé. L'équipage de cabine et les pilotes étaient très sérieux et amicaux. Avec le sourire aux lèvres, ils étaient à notre service pendant tout le vol et présents pour notre sécurité.
L'aéroport de Francfort était parfait. Le personnel était très professionnel, il n'y avait pas d'attente, tout était très fluide et les services était présents. Je pense que c'est l'image parfaite d'un grand aéroport international. Bien sûr, le petit incident avec les machines enregistreuses a rendu mécontents certains passagers, mais les équipes ont su trouver des solutions adéquates.
L'aéroport de Naples m’a quant à lui déçu pour une première fois. Le service des bagages était très long et il n'y avait pas d'agent ou très peu à notre disposition.
Dans l'ensemble, ce voyage m’a plu et je conseille vivement Lufthansa pour vos futurs voyages. Les prix en Europe et même en Business sont très abordables, parfois même plus que certaines compagnies low-cost. Le seul bémol de ce vol est que Lufthansa n'offre plus les repas et de boissons à bord, du moins gratuitement…


Notes


Francfort sur le Main (moyenne)
10/10
Fluidité
10/10
Propreté
10/10
Accès / Services
10/10
Lufthansa (moyenne)
8,8/10
Cabine
9/10
Siège
9,5/10
Propreté
10/10
Ponctualité
9,5/10
Équipage
10/10
Service à bord
5/10
Divertissements
N/A
Naples (moyenne)
7,5/10
Fluidité
8,5/10
Propreté
9/10
Accès / Services
5/10