Flight report Lufthansa entre Francfort et Munich en Business

Flight report Lufthansa entre Francfort et Munich en Business
Image dans Google: https://myflightway.com/images/2022/12/03/LH108.jpg
Départ (code IATA): FRA
Ville de départ (nom de la ville seulement, en Français): Francfort
Arrivée (code IATA): MUC
Ville d'arrivée (nom de la ville seulement, en Français): Munich
Flight report en Français du vol Lufthansa LH108 entre Francfort (FRA) et Munich (MUC) en Business Class à bord d'un Boeing 787-9
Compagnie
Lufthansa
Classe
Business
Date du voyage
02/11/2022
Appareil
B787-9
Immatriculation
D-ABPA
Siège
07A
Temps de vol
00:35

Bonjour à toutes et à tous, et bienvenue dans cette nouvelle revue de vol !

Aujourd’hui, je me suis lancé un défi, celui de réaliser 4 vols en une journée pour tester le premier Boeing 787-9 de Lufthansa.

Dans mes deux précédentes revues, je vous ai emmené avec moi à Munich depuis Paris-Charles de Gaulle, à bord d’un Airbus A320neo de Lufthansa (voir Flight report Lufthansa entre Paris et Munich en Economy), puis je suis entré dans le vif du sujet en vous présentant la Premium Economy de Lufthansa sur Boeing 787-9 entre Munich et Francfort (voir Flight report Lufthansa entre Munich et Francfort en Premium Economy). Dans ce troisième et dernier épisode, il s’agira de tester la Business Class proposée par Lufthansa à bord de ce Dreamliner allemand.


Je vous retrouve en porte A50 à Francfort, porte à laquelle je suis arrivé avec mon vol de Munich.

Je ne m’attarderai pas sur l’aéroport, ça n’est (selon moi) pas l’intérêt de cette revue.

L’avion n’a pas bougé depuis le dernier vol. Il s’agit encore une fois de D-APBA, le premier Boeing 787-9 reçu par Lufthansa fin août 2022. Celui-ci s’inclut dans une commande de 32 787, parmi lesquels figurent 5 appareils qui devaient initialement être livrés à Hainan Airlines. Lufthansa a ainsi conservé la configuration de la compagnie chinoise, en ne modifiant que les revêtements des sièges. Les configurations que vous allez voir s’incluent donc dans une sorte de produit de transition entre l’ancienne cabine de Lufthansa (comprenant la Business en 2-2-2) et le nouveau produit « Lufthansa Allegris » qui sera mis en place sur le prochain Airbus A350 et à partir du sixième Boeing 787, à compter de 2023.

Par ailleurs, vous pourriez trouver cela exotique de voir des 787 voler sur des vols domestiques de 35 minutes. Ces vols, réalisés durant quelques semaines, ont pour objectif de former les équipages à ce nouvel appareil. Lufthansa a mis en place son 787 sur son réseau long-courrier depuis le 1er décembre 2022. La première destination qui a eu la chance de recevoir le Dreamliner allemand a été New York Newark.

Mais retour à ma revue désormais. Voyageant en Business pour ce vol, je me trouve dans le groupe 2. J’embarque pratiquement le premier.

En entrant dans l’appareil via la porte 2L, j’irai cette fois à gauche en direction de la Business qui se trouve dans la première cabine de l’appareil.

Cette cabine est configurée pour accueillir 26 passagers dans une configuration en 1-2-1, en Full Aisle Access. Vous avez bien entendu, Full Aisle Access chez Lufthansa en Business !! Il était temps…

Les sièges sont des Collins Aerospace Super Diamond en « Reverse herringbone » (ou à « chevrons inversés » en Français). Il s’agit d’un siège utilisé par de nombreuses compagnies en Business Class, notamment Hainan Airlines bien sûr mais aussi American Airlines, British Airways, Air Canada…

On peut dire un mot sur les couleurs de ces sièges. La coque et les différents éléments du siège (à l’exception des tissus) conservent les matériaux initialement présents dans l’avion de Hainan Airlines, ce qui explique les couleurs crème et marron. Les tissus, modifiés par Lufthansa, arborent le bleu de la compagnie allemande.

Sur les photos, je trouvais la juxtaposition de ces deux nuances opposées un peu étonnante. Mais finalement, en la voyant en vrai, je trouve au contraire la cabine très belle. L’aspect crème rajoute un côté assez Premium. Cela rappelle presque les couleurs de la First Class du futur produit Lufthansa Allegris.

J’occuperai pour ce vol le siège 07A, à la dernière rangée de la cabine.

L’espace pour les jambes est vraiment excellent. Un repose-pied est disponible.

Le siège dispose d’un bel écran tactile Panasonic EX3 de 18 pouces, bien lumineux et de haute résolution, non-oriental mais déjà orienté dans la direction du passager.

En termes de système et de fonctionnalités, l’IFE est identique à celui proposé en Premium Economy et Economy : plusieurs langues, un bon choix de contenu, aucune caméra malheureusement (comme dans tous les Boeing 787) mais un bon système de cartographie puissant, personnalisable et simple d’utilisation.

Sous cet écran, on retrouve une table qui se rapproche et se déplie pour donner lieu à une belle table, d’une taille tout à fait correcte. Celle-ci conserve l’aspect bois de Hainan Airlines.

Au-dessus de l’accoudoir principal, on retrouve une lampe ambiante ainsi que la « pochette » du siège, comprenant la Safety card, le menu Onboard Delights, le magazine WorldShop et un sac à vomi.

Juste au-dessus du siège, une liseuse est disponible.

Le siège ainsi que les lumières sont paramétrables depuis un contrôleur tactile situé à côté de l’accoudoir. Celui-ci est toujours aux couleurs de Hainan Airlines lors de mon vol. Il paraitrait que lors de la publication de cette revue, les couleurs de ce contrôleur ont bien été modifiées dans le thème de Lufthansa.

Le siège s’allonge complètement. L’accoudoir côté couloir peut d’ailleurs se baisser. Le siège étant d’une bonne largeur et d’une longueur très importante, celui-ci devrait être parfait pour dormir, contrairement à la configuration actuelle en 2-2-2 retrouvable dans la plupart des appareils de la flotte (voir Flight report Lufthansa entre Bangkok et Munich en Business).

À l’avant du siège, on retrouve un portemanteau personnel.

Le siège étant positionné dans une coque, la ceinture de sécurité dispose de trois points.

Un gros point positif de ce siège est la présence de nombreux espaces de stockage. Il est possible de ranger ses effets personnels à différents endroits. Notamment au sein de l’accoudoir côté couloir…

…dans l’accoudoir principal (sous la table)…

…et sur l’accoudoir principal, où deux compartiments sont disponibles. Le premier, qui n’est pas vraiment un espace de stockage (comme l’indique l’étiquette), contient la télécommande permettant de contrôler l’écran, le double port jack pour le casque, une prise de courant universelle et un port USB-A.

La télécommande dispose d’un écran permettant d’avoir rapidement accès à certaines informations, comme la carte du vol.

Le deuxième compartiment contient le casque.

À première vue, celui-ci semble être identique à celui qu’on retrouve en classe Affaires à bord des autres appareils long-courriers de la compagnie (A350 notamment). Un casque de la marque AKG, disposant d’une assez bonne qualité sonore et d’une bonne réduction de bruit passive. Pas de réduction active cependant. Et pas de compatibilité avec nos accessoires Bluetooth personnel (on attend Lufthansa Allegris pour ça).

Les parois assez hautes du siège permettent de créer une vraie sensation de solitude et d’intimité. Ajouté aux sièges en chevrons inversés, impossible de voir les passagers se trouvant à côté/devant. Cependant, le siège ne dispose pas de porte, comme c’est le cas avec les dernières versions du Collins Aerospace Super Diamond.

Nous sommes accueillis par plusieurs annonces de bienvenue très sympathiques de la part de l’équipage. Il nous est expliqué toute l’histoire ce cet avion, la raison de ces vols FRA-MUC-FRA en 787. Il nous est également proposé de prendre des photos, de nous promener dans la cabine pendant le vol… Une belle attention qui témoigne d’une certaine passion pour l’avion de la part de l’équipage. Ce genre d’intérêt n’est clairement pas retrouvable dans toutes les compagnies !

Mon siège donne accès à un seul hublot, contre deux pour les rangées précédentes. Je penserai à choisir un autre siège la prochaine fois : la présence d’un seul hublot, ajouté à sa distance élevée par rapport au siège, donne vraiment l’impression de se trouver loin du hublot, au point de ne pratiquement pas voir dehors sans se plier en deux (un point négatif de la « Reverse herringbone » …).

Cela n’empêche pas d’avoir une superbe vue sur le moteur gauche (masqué pour le moment ^^).

Nous repoussons, puis roulons jusqu’au seuil de la piste 18. Sans oublier de contempler la beauté du 747 !

On s’aligne sur la 18 et on décolle à 14h30, avec 15 minutes de retard.

Le Wi-Fi est bien sûr disponible sur ce Dreamliner. L’offre semble identique à ce qui se fait généralement sur long-courrier. Trois forfaits, à respectivement 5€, 15€ et 25€.

Les pnc, tout fiers de leur nouveau jouet, font varier les ambiances lumineuses dans la cabine, via l’éclairage adaptatif du 787. Le résultat est très sympa !

Une petite prestation est tout de même proposée en Business sur ce FRA-MUC. Celle-ci se composera d’un gâteau à la crème, ainsi que d’une pomme, le tout « by Heimat », l’offre de catering en Business sur les vols court-/moyen-courriers de Lufthansa depuis 2021.

J’accompagnerai cela d’eau et de jus de pomme, rien de bien original. On notera quand même une offre importante : boissons froides/chaudes, même du Sekt (vin pétillant) sera proposé.

Rien d’extraordinaire mais une prestation amplement suffisante pour un vol de cette durée. Par ailleurs, le gâteau fut vraiment excellent et la pomme fraîche. Si vous souhaitez en savoir plus sur les prestations de Lufthansa sur long-courrier en classe Affaires, je vous redirige vers deux revues que j’ai réalisées cet été (voir Flight report Lufthansa entre Francfort et Delhi en Business et Flight report Lufthansa entre Bangkok et Munich en Business).

Vol si court qu’à peine le plateau apporté, la descente vers Munich débute déjà.

On réalise une approche vers la 26R. Ma troisième fois aujourd’hui sur la 26R de MUC (et spoil : ce ne sera pas la dernière ^^).

Et on se pose finalement sur le sol bavarois à 15h05, avec 5 minutes d’avance, sous un temps assez moyen :/

On roule jusqu’à notre porte, la même que tout à l’heure à Munich, la G28.

Sortie très rapide de l'avion.

Et un dernier au revoir à Papa Alpha, un avion magnifique ! En espérant le reprendre un jour, sur long-courrier !

Quelques photos de Munich pour terminer. Je ne me lasserai jamais de la beauté, de la modernité, de la fluidité et de la propreté de cet aéroport, qui en font selon moi l’un des meilleurs aéroports.

Cela m’amènera trois heures plus tard à mon quatrième et dernier vol de la journée, le LH2214 pour Paris Orly, opéré en Embraer 195 d’Air Dolomiti. Un vol que je ne vous reporterai cependant pas. Je vous avais déjà proposé une revue complète de cette même route en Business en été dernier (voir Flight report Air Dolomiti entre Munich et Paris en Business).


Conclusion

C’est alors que se termine mon troisième vol du jour, cette fois à bord de la Business Class de D-ABPA, le premier Boeing 787 de Lufthansa. Ma conclusion portera principalement sur le produit proposé à bord de cet avion, plus que sur le vol en lui-même.

Si à l’aller (en Premium Economy) cet avion m’avait déjà particulièrement plu, ce deuxième vol (en Business Class cette fois) fut une grande réussite. Le 787 est un avion vraiment agréable, confortable, silencieux. La cabine de Lufthansa sur cet avion (ex cabine Hainan Airlines) est vraiment top. Enfin une 1-2-1 chez Lufthansa !

Le siège est très confortable et spacieux, il y a plusieurs compartiments disponibles, une grande table, sans parler de l’intimité du siège (même avec l’absence de porte) : bref, le confort est vraiment au rendez-vous. Côté divertissements, que cela soit le Wi-Fi ou l’écran haute résolution de 18 pouces comportant une grande sélection de contenus, ce 787 est vraiment bien équipé.

Pour ce qui est du vol en lui-même, l’équipage fut vraiment adorable et passionné. La prestation proposée est parfaitement suffisante pour un vol si court. Absolument rien à critiquer.

Concernant Munich et Francfort, je n’ai pas eu l’occasion de vraiment me balader et d’y prendre le temps. Cependant, conformément à mes précédentes expériences, ces deux aéroports sont très corrects. La fluidité et la fiabilité (surtout pour Munich) ne sont pas à démontrer. Les terminaux sont propres, modernes, agréables. Une importante sélection de restaurants/bars/magasins est disponible des deux côtés.

Et c’est ainsi que s’achève ce périple. J’espère que vous avez apprécié lire mes revues sur ces trois expériences, autant que j’ai apprécié les vivre, les reporter et vous les partager.

J’espère vous retrouver rapidement pour d’autres revues de vol.

À très bientôt, sur MyFlightway ;)



Notes


Francfort-sur-le-Main (moyenne)
9,7/10
Fluidité
9/10
Propreté
10/10
Services
10/10
Lufthansa (moyenne)
10/10
Cabine
10/10
Siège
10/10
Propreté
10/10
Ponctualité
10/10
Équipage
10/10
Divertissements
10/10
Service à bord
10/10
Fluidité
10/10
Propreté
10/10
Services
10/10