New York, une destination qui attire !

New York, une destination qui attire !

New York, une des villes les plus touristiques des États-Unis est aussi un pilier économique majeur puisqu'elle accueille des centaines d'entreprises. La ville attire toujours autant de business men et de plus en plus de touristes et, par conséquent, de plus en plus de compagnies aériennes, notamment françaises. En effet, à compter de juin prochain, la 'Big Apple' aura le plaisir de recevoir deux nouvelles compagnies françaises majeures : Corsair et French Bee.

Airbus A321neo La Compagnie
© Gabriel Goldberg

Effectivement, les deux compagnies ont décidé de s'envoler vers cette destination très attrayante en annonçant pouvoir proposer aux passagers de meilleurs tarifs sans pour autant rogner sur le confort. Cela allonge donc à six le nombre de compagnies aériennes françaises qui volent vers New York, parmi lesquelles on compte Air France, qui opère 5 vols par jour au départ de Roissy et Orly, mais encore La Compagnie et LEVEL qui effectuent quant à elles un vol quotidien au départ d'Orly ou XL Airways au départ de Charles-de-Gaulle. Il faut ajouter à cela les trois compagnies américaines qui sont aussi sur la scène, à savoir Delta Air Lines, American Airlines et United Airlines. La norvégienne spécialiste du low-cost long courrier, Norwegian, est également dans la liste, ce qui porte à dix le nombre de compagnies desservant actuellement New York en direct depuis les deux aéroports de la capitale.

Nous dénombrons donc près de quatorze départs quotidiens depuis Orly (ORY/LFPO) ou Roissy (CDG/LFPG) vers les aéroports de New York. Nous prenons bien le soin de préciser LES aéroports puisque nos compagnies ne desservent pas tous le même. Les grandes compagnies "historiques" se rendent toutes à l'aéroport international John Fitzgerald Kennedy (JFK/KJFK) mais la plupart des compagnies à bas-coûts se rendent à Newark (EWR/KEWR). Alors, c'est toujours New York mais c'est un peu plus éloigné, un peu moins prestigieux et surtout moins cher ! C'est une stratégie bien connue et largement employée par les low-cost : atterrir dans un aéroport qui pratique des taxes moins élevées permettra de réduire sensiblement le coût du billet. De plus, les aéroports moins fréquentés permettent d'obtenir des créneaux d'atterrissage et de décollage plus aisément. Il y a une exception qui confirme la règle, puisqu'il s'agit de Norwegian qui dessert l'aéroport John Fitzgerald Kennedy même si elle fait partie des low-cost.

Airbus A380 Air France
© Theo Masson

L'ensemble des compagnies qui assurent ces liaisons le font à bord de Boeing 787 Dreamliner, de 777 ainsi que d'Airbus A330 et d'A380. Même si ces avions ne sont pas spécialement âgés, ils ne sont pas tout juste sortis d'usines. Et c'est précisément sur ce point qu'appuient les deux géantes du low-cost long courrier pour marquer la différence. Pour exemples, les vols effectués par Corsair se feront dans un premier temps à bord d'A330-200, puis en A330neo à compter de septembre 2020. Les vols décolleront de Paris Orly (ORY/LFPO) à 18h00 pour une arrivée prévue à 20h45 heure locale. Le retour sera effectué à 22h45 (heure locale) au départ de New York pour une arrivée prévue à 12h00 à Paris. Le tout nouvel Airbus A330neo fera profiter aux passagers d'un accès Wi-Fi durant tout le vol (hors période de décollage et d'atterrissage) ainsi que d'une cabine comportant 20 sièges en classe affaire, 21 en classe Premium et 311 en classe économique, pour un total de 352 sièges disponibles. La compagnie espère ainsi séduire une plus large clientèle tout en respectant au maximum l'environnement grâce à cet avion de toute nouvelle génération qui prévoit une réduction conséquente de l'empreinte carbone par siège. Quant à French Bee, elle fera décoller son quatrième A350 flambant neuf qui sera livré courant 2020. Cet avion, qui séduit de plus en plus de compagnies, devient l'un des favoris des passagers avec un confort optimisé très apprécié. Le vol Paris-New York partira à 14h00 pour une arrivée prévue à 16h15 heure locale, tandis que le décollage retour s'effectuera à 18h15 de New York pour une arrivée à Orly prévue à 7h30 (du matin).

Airbus A350 French Bee
© Clément Alloing

Les deux compagnies ont annoncé démarrer cette liaison à compter du 10 juin 2020. Corsair et French Bee sont rivales et elles comptent bien se lancer dans une "guerre commerciale" sur une route qui est pourtant déjà largement convoitée. Toutefois, les grandes difficultés de Norwegian Air Shuttle, qui s'était imposée sur cette ligne, pourrait permettre aux deux low-cost françaises de récupérer une clientèle ne souhaitant pas voir le tarif de leurs billets augmenter. Même si aujourd'hui le taux d'occupation des avions reliant Paris à New York est de près de 70%, ces deux nouvelles concurrentes espèrent fidéliser leurs clients avec des tarifs qui, comparés à ceux des grandes compagnies telles qu'Air France, Delta Air Lines ou encore American Airlines, pourraient être de l’ordre de 80 à 85% moins chers.

Toutefois, et même si la ligne allant de la ville lumière à la Grosse Pomme semble largement occupée, nous sommes en mesure d'imaginer que les compagnies low-cost trouveront bien des arguments pour réussir à remplir leurs appareils. Le transport aérien est en constante augmentation et mettre le vol transatlantique à la portée de tous pourrait permettre un élargissement considérable de la clientèle de ces compagnies low-cost telles que Corsair et French Bee. Permettez-nous tout de même d'émettre une certaine réserve quant à "l'embouteillage" que pourraient provoquer ces deux nouvelles concurrentes sur cette ligne. Les compagnies, nous l'avons vu, sont déjà nombreuses à l'exploiter, et, ne serait-ce pas prendre un risque que de rajouter encore des vols ? Seul le temps nous le dira.