Les ailes bleues d'Aigle Azur battront-elles encore longtemps ?

Les ailes bleues d'Aigle Azur battront-elles encore longtemps ?

La compagnie aérienne Aigle Azur est la deuxième compagnie française en termes de passagers, classée juste derrière Air France. Elle possède 11 appareils : un Airbus A319, huit Airbus A320 et deux Airbus A330. D’ailleurs, deux appareils (un des deux Airbus A320 et l'unique Airbus A319) opèrent actuellement pour leur partenaire, la compagnie portugaise TAP Air Portugal. Même si la grande majorité de leur chiffre d'affaire est réalisé sur leur destination phare, l’Algérie, Aigle Azur assure des liaisons dans 11 pays différents. Cependant, depuis environ cinq semaines, Aigle Azur tente d’encaisser les coups durs qu’elle subit.

C'est le 24 juin que les péripéties commencent pour la deuxième compagnie de l’hexagone. La société prestataire qui louait un Airbus A320 immatriculé F-HBIO à Aigle Azur, décide, sans aucun préavis, de relouer l'appareil à une autre compagnie aérienne "Myanmar Airways Int". Dans les starting-blocks pour la saison estivale, cet évènement perturbe énormément le réseau d’Aigle Azur qui avait déjà planifié des vols pour cet A320. Pour éviter de se retrouver en manque d'appareil, Aigle Azur décide donc de louer un Boeing 737-400 à la compagnie GetJet Airlines, appareil immatriculé LY-EEL. Cette solution paraissait cohérente puisqu’elle permettait de continuer à assurer les vols tout en attendant le retour de l’A320 loué à la TAP. Toutefois, le 737-400 basé à Marseille est souvent tombé en panne ce qui a causé des retards conséquents et des annulations de vols.

Depuis le mois de juin Aigle Azur a loué une dizaine d'appareils pour essayer d’une part, d’éviter ces problèmes et d’autre part, pour garder sa clientèle. Manque de chance pour notre compagnie, son actionnaire chinois HNA a pris la décision de mettre fin à leur collaboration ce qui augmente encore une fois leurs difficultés. Pour tenter de trouver une solution, explique son PDG, AAF (code OACI d’Aigle Azur) décide de vendre ses lignes entre Paris-Orly et le Portugal à la compagnie low-cost espagnole Vueling Airlines.

La compagnie Aigle Azur a annoncé une cessation de paiements et a été placée en redressement judiciaire par le tribunal d’Évry ce lundi 02 septembre. Cela signifie qu'elle cherche maintenant de nouveaux repreneurs potentiels. Depuis cette annonce, d’éventuels successeurs sont pressentis tels que Lionel Guérin, homme d'affaire et ancien PDG de la compagnie Air France HOP! ou encore Richard Houa, président de LU AZUR (détenteur de 19% d'Aigle Azur). Plus impressionnant encore, la compagnie Air France serait aussi intéressée. Il faut dire qu’Aigle Azur détient un trésor, environ 10.000 slots (créneaux de décollage et d'atterrissage) dans l’aéroport de Paris-Orly (ORY/LFPO). Orly arrivant bientôt à saturation, chaque créneau est une aubaine. La loi ne permettant plus l'achat de slots, il faut impérativement racheter la compagnie pour obtenir, de ce fait, ses slots.

À la surprise générale, Frantz Yvelin, le président-directeur général d’Aigle Azur, a annoncé sa démission en direct à la télévision ce mercredi 4 septembre. Selon les propos qu’il a déclaré sur le plateau de BFMTV, la compagnie se retrouve dans cette situation à cause l'abandon de l'actionnaire chinois mais aussi à cause de l'augmentation du prix du fuel.

Nous l’avons vu, la compagnie Aigle Azur est en grande difficulté mais rien n’est encore joué. D’ici le 9 septembre, un repreneur doit se présenter. Toutefois, si cela n’arrivait pas, ils se verraient contraints de déposer le bilan qui engendrerait sa fermeture définitive et dont une perte d’emploi pour les 1 200 salariés qui y travaillent actuellement.