Le trafic aérien se mobilise contre le COVID-19

Le trafic aérien se mobilise contre le COVID-19

Au fur-et-à-mesure que le COVID-19 se propage, les compagnies, ainsi que les différents ministères, prennent des décisions à son encontre. Nous allons donc vous les présenter dans cet article.


Airbus A350-1041 Cathay Pacific, par Andy Chan et issue de Jetphotos
Airbus A350-1041 Cathay Pacific, par Andy Chan et issue de Jetphotos

Pour commencer, Cathay Pacific, la compagnie aérienne basée à Hong-Kong (HKG/VHHH), s’est exprimée en début de semaine, mardi 28 janvier dernier : « À la lumière du plan de réponse du gouvernement concernant la nouvelle infection du coronavirus et compte tenu de la demande du marché, Cathay Pacific et Cathay Dragon réduiront progressivement la capacité de leurs vols à destination et en provenance de la Chine continentale de 50 % ou plus entre le 30 janvier et la fin mars 2020. Nous sommes en train de revoir activement nos horaires de vol et nous les mettrons progressivement à jour au cours des prochaines 48 heures. Les passagers sont invités à consulter le statut de leur vol (pour les départs dans les 3 prochains jours) ou l'horaire des vols (pour les départs ultérieurs) sur notre site web afin d’obtenir les dernières informations sur les vols. Les frais de changement de réservation, de réacheminement et de remboursement seront supprimés pour tous les billets émis dans le monde entier (quel que soit le type de tarif) au plus tard le 28 janvier 2020 pour les voyages sur les vols Cathay Pacific/Cathay Dragon confirmés à destination ou au départ de la Chine entre le 28 janvier et le 31 mars 2020. Pour plus de détails, veuillez consulter nos lignes directrices spéciales sur la billetterie. »

Boeing 787-9 Thai Airways, par Łukasz Jagodziński et issue de Jetphotos
Boeing 787-9 Thai Airways, par Łukasz Jagodziński et issue de Jetphotos

Thai Airways s’est également prononcé sur l’épidémie. M. Nond Kalinta, vice-président du département des ventes de Thai Airways, a déclaré qu'en raison d'une épidémie du coronavirus en République populaire de Chine, la ville de Wuhan (WUH/ZHHH) et d'autres villes à risque à proximité ont été fermées. Les frais de changement de billet seront supprimés selon les modalités applicables aux billets aller-retour sur les lignes chinoises qui sont Pékin (PEK/ZBAA), Shanghai (PVG/ZSPD), Guangzhou (CAN/ZGGG), Xiamen (XMN/ZSAM), Kunming (KMG/ZPPP), Chengdu (CTU/ZUUU), y compris sur les lignes de Thai Smile - Chongqing (CKG/ZUCK), Changsha (CSX/ZGHA) et Zhengzhou (CGO/ZHCC) - pour les passagers ayant émis leur billet le 24 janvier 2020 ou avant, avec une date de voyage comprise entre le 24 janvier 2020 et le 29 février 2020. Les billets peuvent être réémis ou reprogrammés en contactant les bureaux de vente de la compagnie thaïlandaise. Le Flight Lieutnant Pratana Patanasiri, vice-président de la sécurité, de la sûreté et des normes aériennes de Thai Airways International, a déclaré : « en raison de l'épidémie de pneumonie causée par le nouveau coronavirus, la Thai met en œuvre des mesures basées sur les directives émises par le ministère de la santé publique et l'autorité de l'aviation civile de Thaïlande (CAAT), afin de renforcer la confiance des passagers. »

La compagnie a publié les mesures suivantes pour prévenir la contraction de la maladie, en tenant compte de la prestation de services et de normes de sécurité élevées. Ils vont instaurer des mesures de contrôle des passagers et des services au sol, des mesures relatives aux services à bord ainsi que de préparation, désinfection des aéronefs et de nettoyage de l'intérieur des avions, des mesures de prévention et de précaution pour les employés, mais également sur le plan commercial avec des mesures relatives au transport du fret et du courrier commercial et enfin, des mesures quant à la préparation des repas. En outre, la société accorde une grande importance au strict respect des mesures préventives. En particulier, les employés en service doivent veiller à leur hygiène personnelle, par exemple en portant des masques et des gants de protection, et être attentifs aux symptômes des passagers lorsqu'ils sont à bord. La Thai est en étroite coordination avec le ministère de la santé publique afin de se tenir au courant de la situation actuelle et des mesures prises par le ministère.

Airbus A320-216, par Benjamin Exenberger et issue de Jetphotos
Airbus A320-216, par Benjamin Exenberger et issue de Jetphotos

Toujours en Thaïlande, Thai AirAsia assure deux vols quotidiens à destination de Wuhan. L’un depuis l’aéroport international de Bangkok-Don Mueang (DMK/VTBD) et l’autre depuis Phuket (HKT/VTSP). La compagnie a annoncé jeudi qu’elle suspendait l’ensemble de ses liaisons. La société mère, AirAsia, basée en Malaisie, à Kuala Lumpur (KUL/WMKK), a également annulé les vols entre Kota Kinabalu (BKI/WBKK), le deuxième hub du pays, et Wuhan, le foyer du virus. Les passagers qui ont déjà réservé leurs billets peuvent demander un remboursement jusqu’au 15 février, ou les modifier pour d’autres villes chinoises sans frais supplémentaires, sous réserve de disponibilité.

Boeing 747-436 British Airways, par Gilles ASTRE et issue de Jetphotos
Boeing 747-436 British Airways, par Gilles ASTRE et issue de Jetphotos

La compagnie British Airways a annoncé hier, mercredi 29 janvier : « Nous avons suspendu tous les vols vers et en provenance de la Chine continentale avec effet immédiat à la suite de la recommandation du ministère des Affaires étrangères », comme l’explique la compagnie.

Compte tenu de l'évolution de la situation en Chine depuis l'apparition du Coronavirus et de toutes ses conséquences, Air Austral a également pris la décision de suspendre temporairement ses vols de/vers Canton (CAN/ZGGG) du 8 février au 1er mars 2020. La compagnie, qui suit de près l’avancée de la situation, en lien avec l'Agence Régionale de la Santé (ARS), décidera à la mi-février d'une éventuelle reconduction de cette mesure. La compagnie a d’ores et déjà mis en place des mesures commerciales comme des possibilités de report sans frais ou remboursement des voyages, pour les passagers des vols impactés.

Boeing 767-322(ER) United Airlines, par Jan Seler et issue de Jetphotos
Boeing 767-322(ER) United Airlines, par Jan Seler et issue de Jetphotos

La compagnie aérienne américaine, United Airlines, a annoncé mardi dernier qu'elle allait réduire sa desserte de la Chine au regard de la chute du nombre de passagers inquiets de l'épidémie de pneumonie virale due au nouveau Coronavirus qui a déjà fait plus de 170 morts dans le pays. « En raison d'une baisse significative de la demande de voyages vers la Chine, nous suspendons certains vols entre nos plateformes de correspondances et Pékin, Hong Kong et Shanghai à partir du 1er février jusqu'au 8 février », a indiqué la compagnie lors d’un courrier à l'AFP. « Nous allons continuer à surveiller la situation au fur et à mesure et nous ajusterons notre programme de vol en fonction », a-t-elle ajouté. L'annonce de United vient un jour après que les autorités américaines ont conseillé à leurs ressortissants de ne pas se rendre en Chine en ce moment. Les vols affectés partent de San Francisco (SFO/KSFO), Chicago (ORK/KORD) et Newark (EWR/KEWR).

Boeing 787-8 Air India, par Arnold Aaron et issue de Jetphotos
Boeing 787-8 Air India, par Arnold Aaron et issue de Jetphotos

IndiGo et Air India ont également annulé certains vols à destination de la Chine, le nombre de personnes touchées par le coronavirus s'étant accumulé. « Nous avons constaté un nombre élevé d'annulations en provenance de Chine sur notre ligne Delhi (DEL/VIDP) - Chengdu », a déclaré IndiGo dans un communiqué. « Par conséquent, nous suspendons nos vols entre Delhi et Chengdu du 1er février 2020 au 20 février 2020. Nous suspendons également notre vol Bengaluru (BLR/VOBL) - Hong Kong à partir du 1er février 2020 », a-t-elle ajoutée. IndiGo a déclaré qu'elle continuerait à assurer le vol Calcutta (CCU/VECC) - Guangzhou qu'elle « surveille quotidiennement ». Un porte-parole d'Air India a indiqué que son vol Mumbai (BOM/VABB) – Delhi - Shanghai a été annulé du 31 janvier au 14 février. Il a cependant ajouté que le vol vers Hong Kong continuera à être assuré.

Airbus A330-302 Finnair, par Daniel Klaffke et issue de Jetphotos
Airbus A330-302 Finnair, par Daniel Klaffke et issue de Jetphotos

De retour en Europe, la compagnie aérienne nationale finlandaise, Finnair, a annoncé mardi que l'entreprise suspendait temporairement les liaisons vers Nanjing (NGK/ZSNJ) et Pékin jusqu'à fin mars. La compagnie a déclaré que la raison de cette interruption était due à l'interdiction par la Chine des voyages en groupe au départ du pays, à la suite de l'apparition du nouveau coronavirus, une maladie contagieuse qui a tué au moins 106 personnes en Chine et en a infecté plus de 4 500 autres. Les vols de Finnair vers Pékin seront donc suspendus du 5 février au 29 mars et la compagnie annulera temporairement sa liaison avec Nanjing entre le 8 février et le 29 mars. Elle assure normalement des navettes vers Pékin trois fois par semaine et vers Nanjing à raison de deux fois par semaine. D'autres vols à destination de la Chine sont encore confirmés. Toutefois, Finnair a déclaré qu'elle prévoyait toujours de poursuivre ses vols quotidiens réguliers vers Shanghai, deux fois par jour vers Hong Kong et deux fois par semaine vers Guangzhou. La compagnie a déclaré que l'interdiction de voyager en groupe imposée par la Chine avait eu un impact majeur sur le nombre de passagers sur les lignes suspendues. « Ces annulations sont nécessaires pour gérer les conséquences de la récente suspension des voyages de groupe par les autorités chinoises, qui ont un impact prononcé sur les taux de remplissage de nos vols Pékin et Nanjing », a déclaré Jaakko Schildt, directeur de l'exploitation de Finnair, dans un communiqué. La compagnie a estimé que l'impact financier des annulations et des remboursements de billets serait modéré. Elle a également indiqué qu'elle permettait aux passagers de changer ou d'annuler des vols à destination et en provenance de la Chine (ou de voyager entre le 25 janvier et le 29 février) si les billets ont été émis avant le 28 janvier.

Boeing 777-306(ER) KLM, par Antek Dec et issue de Jetphotos
Boeing 777-306(ER) KLM, par Antek Dec et issue de Jetphotos

KLM suit de près l'évolution de l'épidémie du coronavirus en Chine et est en contact étroit avec diverses autorités sanitaires et aéronautiques nationales et internationales. Sur la base des informations actuelles de ces autorités, elle a estimé qu’il n'y avait aucune raison de suspendre toute l'opération vers la Chine. KLM est donc en train d'adapter le réseau en raison de la baisse des réservations. La compagnie a pris la décision de suspendre à partir du 30 janvier les vols directs vers Chengdu et Hangzhou, à partir du 30 janvier de réduire le nombre de vols hebdomadaires vers Shanghai de 11 à 7 fois par semaine, ainsi qu’à compter du 31 janvier, les vols directs vers Xiamen seront suspendus, et enfin, le nombre de vols hebdomadaires à destination de Pékin reste fixé à 7. Ces ajustements de vols sont en vigueur jusqu'au 29 février prochain. En consultation avec les autorités compétentes, KLM a également pris diverses mesures de précaution, notamment la fourniture de masques buccaux pour l'équipage à bord et sur place sur demande. En outre, des mesures d'hygiène générales sont portées à l'attention des employés de KLM, comme le lavage fréquent des mains. Et le fait que les directives générales de l'OMS et du RIVM soient suivies. « KLM continuera à suivre de près les directives des autorités et des organisations ainsi que les réservations et prendra d'autres décisions sur cette base. Pour nos clients, la politique de rebooking flexible annoncée précédemment pour la Chine restera en vigueur. »

Lufthansa, Swiss et Austrian, par Lufthansa Group
Lufthansa, Swiss et Austrian, par Lufthansa Group

La compagnie aérienne allemande, Lufthansa, a annoncé hier, mercredi 29 janvier, qu'elle suspendait tous ses vols à destination et en provenance de la Chine continentale jusqu'au 9 février, le nombre de décès dus à une épidémie de coronavirus ayant atteint les 170. La maladie a infecté plus de 7 000 personnes. Jusqu'à présent, la plupart d'entre elles dans la province de Hubei, en Chine centrale. Des dizaines de cas ont également été signalés dans plus de 10 autres pays, dont l'Allemagne. La décision de la Lufthansa affecte également les vols de ses filiales Swiss et Austrian Airlines. Chacun des transporteurs volera vers sa destination en Chine "une dernière fois" pour donner aux passagers et à l'équipage "la possibilité de retourner en Allemagne, en Suisse et en Autriche", a déclaré le groupe Lufthansa dans un communiqué, ajoutant que les vols vers Hong Kong se poursuivront. La compagnie exploite habituellement 73 vols par semaine à destination et en provenance de la Chine continentale.

Boeing 777-333(ER) Air Canada, par John Fitzpatrick et issue de Jetphotos
Boeing 777-333(ER) Air Canada, par John Fitzpatrick et issue de Jetphotos

Les derniers vols d’Air Canada au départ du Canada sont partis mercredi et reviennent de Pékin et de Shanghai aujourd’hui. La plus grande compagnie aérienne du Canada effectue 33 vols par semaine vers Pékin et Shanghai. Elle avait déjà annulé certains vols vers la Chine, puisque les voyageurs inquiets du coronavirus reportaient ou abandonnaient leurs projets de voyage. Les voyageurs touchés seront prévenus et se verront offrir des options, notamment des places à bord de vols exploités par d’autres transporteurs lorsque ce sera possible, ou un remboursement complet. Air Canada propose également aux passagers des frais de modification de réservation pour les vols qui transitent par une compagnie aérienne partenaire vers la ville chinoise de Wuhan, l’épicentre du virus, jusqu’à fin mars. La compagnie va continuer de surveiller étroitement cette situation en évolution, en consultation avec l’Agence de santé publique du Canada, Transports Canada et Affaires mondiales du Canada, et elle ajustera ses horaires en conséquence. Le transporteur montréalais a vu le cours de ses actions chuter d’environ 10 % depuis que les autorités ont confirmé, le 20 janvier, la transmission humaine de la maladie. « Air Canada déplore cette situation et présente ses excuses pour les sérieux bouleversements que cette mesure pourrait avoir sur les plans de voyage de ses clients. »

Airbus A380-861 Air France, par Ozell V. Stephens Jr. et issue de Jetphotos
Airbus A380-861 Air France, par Ozell V. Stephens Jr. et issue de Jetphotos

Pour ce qui est de notre transporteur tricolore, Air France, ces derniers ont annoncé aujourd'hui procéder à une réduction de la fréquence des vols puisque de nombreuses annulations avaient été demandées par les voyageurs. La baisse de réservations se faisant aussi sentir, ils ont préféré aménager leur programme de vol. Tout cela semble tout à fait en accord avec les politiques des autres compagnies aériennes. Dans un communiqué, la compagnie a précisé « En raison de la baisse de la demande sur ces destinations, Air France ajuste son programme de vols et opérera un vol quotidien vers Shanghai et Pékin à compter du vendredi 31 janvier 2020 ». 

Boeing 737-823 American Airlines, par Felipe García et issue de Jetphotos
Boeing 737-823 American Airlines, par Felipe García et issue de Jetphotos

Enfin, American Airlines va elle aussi suspendre ses vols entre Los Angeles (LAX/KLAX) et la Chine continentale du 9 février au 27 mars en raison d'une « baisse significative de la demande » provoquée par l'épidémie de coronavirus, a annoncé la compagnie mercredi. American continuera d'assurer des vols vers Pékin et Shanghai au départ de Dallas-Fort Worth (DFW/KDFW) et retour, ainsi qu'entre Los Angeles et Hong Kong. La compagnie a déclaré qu'elle contacterait directement les clients ayant des billets sur ces vols affectés, soit par courrier électronique, soit par téléphone. American Airlines est la deuxième compagnie aérienne américaine à suspendre ses vols à destination et en provenance de la Chine à la suite du coronavirus. De plus, mardi dernier, CNBC a rapporté que la Maison Blanche a annoncé aux compagnies aériennes américaines que l'administration Trump envisageait de suspendre tous les vols à destination et en provenance de la Chine - une mesure qui a reçu le soutien d'au moins un sénateur, Tom Cotton, qui avait demandé une interdiction de voyager plus tôt dans la journée. Un certain nombre de grandes entreprises technologiques qui font des affaires en Chine ont déjà imposé des restrictions sur les voyages de leurs employés à destination et en provenance de la région, comme Apple, Facebook et LG.


À la suite de ces nombreuses annonces, il est difficile pour les citoyens de rejoindre leurs domiciles. C’est pour cette raison que certains pays ont, ou vont rapatrier leurs citoyens bloqués en Chine.

Airbus A380 HiFly, par Tiago Palla et issue de Jetphotos
Airbus A380 HiFly, par Tiago Palla et issue de Jetphotos

Le rapatriement des Français depuis Wuhan s'organise. Quelques 250 d'entre eux, ainsi que plus de 100 ressortissants d'autres pays européens, doivent rentrer en fin de semaine à bord de deux avions distincts, a annoncé la Commission européenne mardi 28 janvier. « Seuls des citoyens sains ou asymptomatiques seront autorisés à voyager », a précisé l'exécutif européen. Agnès Buzyn, ministre de la santé, avait annoncée plus tôt dans la journée qu'un premier avion avec une équipe médicale à bord atterrirait « jeudi après-midi à Wuhan » et serait de retour en France « vendredi soir, vendredi dans la nuit ou samedi matin ». « Entre 500 et 1 000 ressortissants français » sont potentiellement concernés mais « tous ne veulent pas rentrer », avait souligné la ministre. « Plusieurs avions vont se succéder » afin de ne pas mélanger les personnes possiblement porteuses du virus avec des personnes saines, avait-elle précisé. Selon une source militaire, un Airbus A340 de l'armée de l'air, qui assure habituellement du transport de troupes ou des voyages officiels, sera mobilisé pour ce premier rapatriement des Français de Wuhan, ainsi qu’un Airbus A380 loué à HiFly. Une fois sur le sol français, les rapatriés ne présentant pas de symptômes seront regroupés dans un lieu où ils seront sous surveillance médicale pendant 14 jours, durée maximale estimée d'incubation de la maladie. « Nous avons identifié un lieu d'accueil en région parisienne », a indiqué la ministre, selon laquelle il ne doit « pas être trop éloigné d'hôpitaux » au cas où l'une des personnes s'avère être malade. Les rapatriés qui présentent déjà des symptômes seront, quant à eux, hospitalisés à leur retour. « Les mesures sont justifiées par le niveau de risque », a estimé le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, assurant toutefois que ce rapatriement ne représentait pas un risque de propagation du virus en France.

Mais certains pays, comme les Etats-Unis, le Japon, les Philippines et l’Italie ont déjà commencé à rapatrier leurs citoyens. C’était hier, mercredi 29 janvier. Le rapatriement des Britanniques prend du temps. Il était prévu que les appareils décollent aujourd’hui, mais a été repoussé pour qu’il s’exécute « dès que possible ». La Russie a quant à elle annoncée ce jeudi son intention de fermer ses quelques 4 250 km de frontière avec la Chine pour lutter contre de la propagation du nouveau coronavirus, qui a fait au moins 170 morts. « Un ordre a été signé aujourd'hui et il est entré en vigueur. Nous informerons aujourd'hui tout le monde des mesures prises pour fermer la frontière en Extrême-Orient », a annoncé le Premier ministre Mikhaïl Michoustine, cité par les agences russes. Il n'a pas apporté dans l'immédiat de détails du calendrier, ni si cette fermeture de la frontière concernait aussi les ports.


Boeing 777-9X, par Nick Sheeder et issue de Jetphotos
Boeing 777-9X, par Nick Sheeder et issue de Jetphotos

Ce virus touche et émeut la planète. Par conséquent, Boeing a annoncé aujourd'hui un don de 250 000 masques respiratoires de qualité médicale pour faire face à la pénurie de fournitures médicales en Chine. Les masques seront fournis aux responsables locaux de la santé qui luttent contre la propagation du coronavirus dans la ville de Wuhan, dans la province de Hubei, et à Zhoushan, dans la province du Zhejiang. « Nos pensées continuent d'aller à tous ceux qui, en Chine, sont confrontés aux conséquences sanitaires du coronavirus », a déclaré Dave Calhoun, président et directeur général de Boeing. « Grâce à notre don, nous espérons pouvoir contribuer à limiter la propagation de ce virus et à alléger le fardeau des travailleurs humanitaires et du personnel médical local ».  La santé et le bien-être des employés de Boeing et de leurs familles restent une priorité absolue pour la compagnie. Boeing continue de suivre la situation de près et a conseillé à ses employés de tenir compte de toutes les mises en garde locales en matière de santé publique. À ce jour, la compagnie a fourni 25 000 masques respiratoires de qualité médicale aux employés travaillant dans la région.


Nous espérons fortement que le virus parviendra à être contrôlé à temps. Nous gardons un œil sur les différentes décisions prises à l’égard de ce virus. En tous cas, nous pouvons affirmer que les pertes économiques seront désastreuses.