Dubai Airshow 2021 : retour sur l’événement

Dubai Airshow 2021 : retour sur l’événement

Hier, jeudi 18 novembre, s’est clôturée l’édition 2021 du Dubai Airshow, plus communément appelé le salon aéronautique de Dubaï. Tous les deux ans, et ce depuis 1989, ce salon mondialement connu réunit durant plusieurs jours les professionnels, comme les amateurs, venus du monde entier pour découvrir les nouveautés en matière d’aéronautique. Les constructeurs y présentent leurs aéronefs ou autres équipements et réalisent des démonstrations en vol, généralement l’occasion pour elles de faire gonfler les ventes et les carnets de commandes.

Revenons en détail sur l’édition 2021 du salon aéronautique de Dubaï qui s’est étendue du dimanche 14 au jeudi 18 novembre.


Boeing 777X, par Boeing

Les salons sont généralement l’occasion pour les constructeurs de présenter leurs nouveaux modèles et de faire d’un appareil la star du salon. Cette année, presque toute l’attention sera tournée vers le Boeing 777X. Et c’est plus particulièrement N779XW, qui n’est autre que le tout premier Boeing 777-9 construit, ayant réalisé son premier vol en janvier 2019 (voir Premier vol du 777X), qui a été désigné pour se rendre au salon. Il est arrivé à l’aéroport de Dubai World Central (DWC/OMDW) – l’aéroport où se déroule le meeting – vers 14h15 (GST) le mardi 9 novembre dernier, après un long vol sans escale de près de 15 heures reliant l’aéroport de Boeing Field (BFI/KBFI) de Seattle à Dubaï. Il s'agit par ailleurs du premier vol international du Boeing 777X ainsi que de son vol le plus long (à ce jour), alors qu’il continue à subir un programme d'essais rigoureux.

S'appuyant sur le meilleur des familles 777 et 787 Dreamliner, le Boeing 777-9 devrait être le biréacteur le plus grand et le plus efficace au monde, offrant une consommation de carburant, des émissions et des coûts d'exploitation 10% inférieurs à ceux de la concurrence et une expérience exceptionnelle pour les passagers. La famille 777X compte déjà à ce jour un total de 351 commandes et engagements de la part de notamment huit grands clients à travers le monde. La première livraison de l'avion est prévue pour fin 2023.

Néanmoins, pour rappel, la conception du Boeing 777X fut laborieuse. Son premier vol devait avoir lieu début 2019 mais a été annulé en raison d’un problème sur l’un des réacteurs. Le premier décollage a finalement lieu près d’un an plus tard, après de multiples retards. Lors des phases d’essais mi-2020, une porte de l’appareil s’est arrachée alors que des inspecteurs de l’Agence Fédérale de l’Aviation (FAA) étaient à bord afin de valider une partie de sa certification. Boeing a ensuite pris la décision de suspendre ses tests, ralentissant encore la mise en service, fixée finalement courant 2021. Cependant, la FAA a estimé qu’il ne sera pas certifié avant mi-2023 pour une entrée en service courant 2024. Ce retard coûte cher au constructeur et fait perdre patience à son premier client, principale compagnie des Émirats arabes unis, Emirates.

L'avionneur américain parie cependant toujours sur son succès avec la croissance, à terme, du trafic aérien. Le plus grand biréacteur du monde, en phase d'essais pour de longs mois encore, a été présenté pour la première fois hors des États-Unis cette semaine à l’occasion du premier salon d'ampleur depuis le début de la pandémie. Il y a été exposé statiquement mais a également défilé lors de vols de démonstration.


Malgré cette faiblesse concernant son 777X, Boeing va pouvoir repartir vers les États-Unis avec quelques bons de commandes supplémentaires, conclus lors du Dubai Airshow. Emirates a tout d’abord commandé deux Boeing 777F qui viendront s’ajouter aux 10 777 cargos déjà détenus par sa filiale cargo, Emirates SkyCargo. Cette annonce est suivie le même jour par une commande de la part de la société émiratie de location d'avions Sky One FZE ayant déclaré passer commande pour trois Boeing 777-300.

Boeing 787-8, 767-300 et 737 MAX aux couleurs d’Air Tanzania, par Boeing

Par la suite, Air Tanzania, compagnie aérienne nationale tanzanienne, a annoncé commander un Boeing 787-8 Dreamliner, un 767-300 cargo ainsi que deux 737 MAX, qui permettront à la firme d'étendre ses services au départ de son pays et d’ainsi partir à la conquête de nouveaux marchés en Afrique, en Asie et en Europe.

C’est ensuite au tour d’Akasa Air de passer commande. Une toute nouvelle compagnie aérienne low-cost indienne – qui débutera ses opérations courant 2022 – ayant commandé, pour 9 milliards de dollars, pas moins de 72 Boeing 737 MAX, à la fois dans la version -8 du MAX, que dans sa version -8-200 (à plus grande capacité). Vinay Dube, PDG d’Akasa Air, a déclaré : « Nous sommes ravis de nous associer à Boeing pour notre première commande d'avions. […] Nous pensons que le nouvel avion 737 MAX soutiendra notre objectif d'exploiter non seulement une compagnie aérienne rentable, fiable et abordable, mais aussi une compagnie respectueuse de l'environnement avec la flotte la plus jeune et la plus verte dans le ciel indien ».

Boeing 737-800BCF, par Boeing

Le salon aéronautique de Dubaï fut également l’occasion pour Boeing d’annoncer l’ajout de trois lignes de conversion pour le Boeing 737-800BCF, version cargo convertie du 737-800 : deux au Canada et une au Royaume-Uni. Jens Steinhagen, directeur de Boeing Converted Freighter, a déclaré : « Construire un réseau diversifié et mondial d'installations de conversion est essentiel pour soutenir la croissance de nos clients et répondre à la demande », une « demande mondiale qui monte en flèche » selon Boeing.

Finalement, cette annonce est l’occasion pour la compagnie islandaise de location d’avions Icelease de passer commande pour 11 737-800BCF, tandis que DHL Express a annoncé commander neuf Boeing 767-300BCF supplémentaires.


De l’autre côté désormais, notre avionneur européen, Airbus, fait carton plein depuis le début du salon.

A321neo de Wizz Air, Frontier Airlines, Volaris et JetSMART, par Airbus

Sa première commande, certainement la plus grosse, a été signée par Wizz Air, Frontier Airlines, Volaris et JetSMART, quatre compagnies aériennes low-cost détenues par la société américaine Indigo Partners, qui ont annoncé une commande de pas moins de 255 avions supplémentaires de la famille A321neo, dans le cadre d'un accord au sein de leur groupe. La commande ferme, signée lors du salon aéronautique de Dubaï, porte à 1145 le nombre total d'appareils commandés par les quatre compagnies aériennes membres d’Indigo Partners, uniquement des appareils de la famille Airbus A320.

Les appareils commandés lors du salon sont un mélange d'A321neo et d'A321XLR, qui seront livrés aux différentes compagnies aériennes : la compagnie hongroise Wizz Air va récupérer 75 A321neo et 27 A321XLR, l’américaine Frontier Airlines se fera livrer 91 A321neo, tandis que 39 A321neo iront à la compagnie mexicaine Volaris, et 21 A321neo ainsi que 2 A321XLR à la firme chilienne JetSMART. En parallèle de cette nouvelle commande passée, Volaris et JetSMART convertiront 38 A320neo de leur carnet de commandes existant en Airbus A321neo.

« Cette commande réaffirme l'engagement des compagnies aériennes de notre portefeuille à assurer une croissance constante au cours de la prochaine décennie » a déclaré Bill Franke, associé directeur d'Indigo Partners. « Grâce à ces appareils, Wizz Air, Frontier, Volaris et JetSMART continueront à proposer des tarifs bas, à stimuler les marchés qu'elles desservent et à améliorer leur profil de durabilité, qui est le meilleur du secteur ».


A320neo Jazeera Airways, par Airbus

Les commandes d’Airbus ne se sont pas arrêtées là pour autant. Le constructeur a tout d’abord signé un protocole d'accord avec Jazeera Airways, compagnie aérienne basée au Koweït, portant sur l’achat de 20 Airbus A320neo et 8 A321neo, tandis qu’Ibom Air, compagnie aérienne nigériane appartenant au gouvernement de l'État d'Akwa Ibom, a signé une commande ferme portant sur 10 Airbus A220. Le Nigeria, avec la plus grande population d'Afrique et le plus grand PIB, offre un potentiel de croissance substantiel dans le domaine des voyages domestiques et régionaux. L'A220 est donc le choix idéal pour une gamme complète de services allant des segments très court-courriers aux liaisons aériennes intracontinentales.


Par ailleurs, une lettre d’accord originale a été signée. Originale dans le sens où elle porte sur une technologie de pointe, et non une commande d’appareils. En effet, Airbus Corporate Jets (ACJ) – la filiale d'Airbus spécialisée dans l’aviation d'affaires – et Alpha Star Aviation ont signé une lettre d'accord pour la nouvelle et unique technologie de divertissement en vol ACJ Smart LiFi Monitor .

Développée avec Latécoère, cette technologie a été conçue comme une solution plug-and-play facile. Il s'agit d'un moniteur intelligent 4K multi-technologies offrant une connectivité Wi-Fi, Bluetooth et LiFi. Le LiFi, pour Light Fidelity, est la dernière technologie de communication sans fil qui utilise la lumière pour transmettre des données. Il permettra notamment une sortie audio analogique et numérique, des ports USB-C, une entrée 3G-SDI ainsi que des connexions HDMI. Les fonctionnalités incluent l'Audio Video On Demand (AVOD), le Casting, le Mirroring, le navigateur web, la télévision en direct, la carte mobile et sa propre vidéoconférence intégrée.

Avec cet accord, Alpha Star Aviation, le fournisseur de services d'aviation privée dont le siège est à Riyad (en Arabie Saoudite), est devenu le client de lancement du moniteur ACJ Smart LiFi. Le client a choisi 12 moniteurs pour trois de ses avions d'affaires Airbus afin d'offrir aux passagers la meilleure expérience possible, conformément à son objectif de devenir une référence en matière d'aviation privée.


De plus, lors d'un événement organisé avant le Dubai Airshow, Airbus a présenté ses dernières prévisions du marché mondial, qui font état d'une évolution progressive de la demande, de la croissance de la flotte au retrait accéléré d'appareils plus anciens et moins économes en carburant, entraînant un besoin de quelque 39 000 avions de passagers et de fret neufs. Sur ce total, 15 250 appareils sont destinés à être remplacés, soit environ 40%.

A220, A321neo, A330neo et A350F commandés par Air Lease Corporation, par Airbus

Air Lease Corporation a ainsi profité du salon pour signer un engagement portant sur 111 appareils couvrant l’intégralité de la gamme d'appareils proposée aujourd’hui par Airbus. Il y est mentionné l’acquisition de 25 A220-300, 55 A321neo, 20 A321XLR, 4 A330neo, ainsi que le tout nouvel Airbus A350 dans sa version cargo, commandé en 7 unités.

L’A350F était attendu depuis bien longtemps. Dérivé de l’A350-1000 et plus précisément de la version Sunrise demandée par Qantas pour relier non-stop l’Australie à l’Europe ou aux États-Unis (voir Qantas relie les deux bouts du Monde en 19 heures 30 !), cette nouvelle version du bimoteur long-courrier d’Airbus pourra transporter 106 tonnes de fret, soit plus que son concurrent le Boeing 777F.


A400M commandé par le ministère indonésien de la défense, par Airbus

Du côté de la défense, l’avionneur a vendu deux avions ravitailleurs multi rôles A330 MRTT supplémentaires à l'armée de l'Air et à la défense aérienne des Émirats arabes unis, et a obtenu une nouvelle commande à l'exportation pour deux avions de transport aérien de nouvelle génération A400M de la part du ministère indonésien de la défense.


Finalement, pour Airbus ce salon aura été une occasion parfaite de renouer les liens avec la clientèle des Émirats arabes unis, et de relancer sa compétitivité dans le secteur aéronautique, sévèrement affaibli depuis la célèbre crise.

Burj Khalifa illuminé aux couleurs d’Airbus, par BillyPix

Alors que l'exposition universelle des Émirats arabes unis met en avant les thèmes de la mobilité, du développement durable et des opportunités, Airbus a illuminé la veille du lancement du salon le Burj Khalifa – le plus haut bâtiment du monde – en affichant l'objectif de sa société, « pionnier de l'aérospatiale durable pour un monde sûr et solidaire », sur la façade de ce monument emblématique de Dubaï, à une époque où il n'a jamais été aussi important d'établir des liens avec les gens et les cultures. Lors du salon, Airbus a également souligné son ambition de jouer un rôle de premier plan dans le développement de solutions innovantes et durables pour la mobilité aérienne urbaine, en tirant parti des partenariats et des technologies pour mettre un produit sur le marché d'ici 2025.


En plus d’Airbus et Boeing, de nombreux constructeurs, compagnies aériennes et entreprises aéronautiques étaient présents à cette édition du salon aéronautique de Dubaï. Il serait impossible de tous les évoquer mais nous pouvons néanmoins revenir sur certaines de ces firmes.


Boeing 787-10 Etihad Airways arborant la livrée « Greenliner » (A6-BMH), par Etihad Airways

Tout d’abord, la compagnie aérienne basée à Abou Dabi, Etihad Airways, a profité de l’occasion pour mettre un point d’honneur à son programme de développement durable, « Greenliner », accentué par la présence de son Boeing 787-10 arborant la livrée spéciale « Greenliner ».

Lancé en 2019 en collaboration avec le motoriste General Electric – équipant la flotte de 787 Dreamliner d’Etihad des moteurs GEnX –, le programme « Greenliner » regroupe les initiatives de développement durable de la compagnie. Carburants alternatifs et durables, optimisation de la route et des performances en vol, offre à bord complètement revue avec l’utilisation de matériaux plus légers et en adéquation avec la lutte contre le réchauffement climatique… tant de technologies et améliorations mises en avant par Etihad à travers son programme et expérimentées à bord de son 787 spécial « Greenliner ».

Premier A350-100 Etihad Airways au DAS, arborant la livrée « UAE50 », par Etihad Airways

Etihad Airways est également la première compagnie aérienne du Moyen-Orient à avoir annoncé son objectif de zéro émission nette de CO2 d’ici 2050, un objectif notamment réalisable grâce à l’acquisition d’appareils de dernière génération tels que l’Airbus A350. Elle a donc profité du salon aéronautique pour présenter son premier A350-1000, arborant une livrée spéciale « UAE50 » en reconnaissance du 50ème anniversaire de la fédération des Émirats arabes unis et de l'engagement de la compagnie aérienne envers l'objectif 2050 de neutralité carbone.


Premium Economy d’Emirates, par Emirates

Emirates, principale compagnie aérienne de Dubaï, a aussi profité de ce salon pour annoncer plusieurs nouveautés. Près d’un an après la présentation de sa cabine Premium Economy, la firme a notamment annoncé sa volonté d’installer sa nouvelle cabine dans 52 Airbus A380 supplémentaires ainsi que 53 Boeing 777 ; la cabine étant actuellement déployée sur seulement quatre A380 de la flotte. L’élaboration d’une toute nouvelle classe Affaires à bord de ses 777 a également été évoquée, sans plus de détail.

Le salon de Dubaï fut aussi l’occasion pour Emirates de mettre en avant son programme avec l’entreprise de recyclage et de démantèlement, Falcon Aircraft Recycling. Après plus de 12 ans de bons et loyaux services, le premier A380 livré à Emirates en 2008 (A6-EDA) a tiré sa révérence. Démantelé récemment, l’entreprise Falcon Aircraft Recycling, en partenariat avec Wings Craft, concevra des objets de décoration et de collection réalisés à partir de pièces provenant de l’appareil, objets dont une partie des bénéfices de la vente sera reversée à la Emirates Airline Foundation, une organisation caritative se consacrant à l'amélioration des conditions de vie d’enfants en besoin.


ATR 72-500 d’Air Corsica, par Victor et issue de Flickr

À cela viennent s’ajouter plusieurs commandes passées chez le constructeur franco-italien ATR, notamment pour Binter, Tarom et Afrijet ainsi que la compagnie française Air Corsica ayant passé commande pour cinq ATR 72-600 équipés du tout dernier moteur lancé le jour même par Pratt & Whitney Canada, le PW127X.


Lors de ce premier grand salon aéronautique depuis le début de la pandémie, l'avionneur européen devance largement son concurrent américain en termes de commandes d'avions neufs. De plus, l’optimisme est de rigueur pour les compagnies aériennes. Même si le trafic n'a pas encore retrouvé son niveau d'avant-crise, les prévisions à long terme sont très favorables. De quoi inciter les transporteurs à renouveler et renforcer au plus vite leur flotte. Un renouvellement qui fait aussi suite aux questions environnementales de plus en plus importantes, avec une demande en hausse pour des appareils plus sobres. Ce renouvellement, c'est exactement ce qu'ont entamé les compagnies lors de ce salon.

Au final, Airbus compte 404 appareils commandés, contre 101 pour Boeing. Bouée de sauvetage pour les compagnies aériennes pendant les confinements, le fret demeure aujourd'hui stratégique. Sur ce terrain, Boeing est en avance sur Airbus, notamment avec l’ajout de trois nouvelles lignes de conversion pour le Boeing 737-800BCF. Airbus va développer de son côté une version cargo de l'A350, dont elle a déjà enregistré sur le salon la première commande. Et alors que le salon s'est achevé hier, les compagnies multiplient les annonces, notamment Qatar Airways, qui évoque ainsi une commande imminente qui sera sans doute importante. Quel constructeur en profitera ? Les annonces pourraient encore se multiplier dans les dernières heures du salon. Reste une question : les avionneurs seront-ils capables de respecter leurs engagements de livraisons alors que les cadences de production remontent doucement après la période de pandémie ? Etihad Airways a d'ores et déjà annoncé qu'elle pourrait annuler des commandes de plusieurs milliards de dollars auprès d'Airbus et de Boeing. Affaire à suivre…